humour, jeu

Tout le monde s’en contre-fiche…

Il est très chevronné
et rarement en panne
pour ne pas gâcher trop de solives.
Très souvent il lui arrive des tuiles
quand il passe à la trappe
c’est le comble pour un métier biblique
mais tout le monde s’en contre-fiche.
S’il avait été à la plage,
il aurait été sur le sable hier,
et s’il avait été à la fête
il l’aurait faite hier.
Son métier est… ?

(Devinette créée un jour après-déjeuner et verre de rosé)

jeu

Un mot, des mots…

33435_118369124875219_100928823285916_102947_144406_n

Pour s’amuser un peu avec la langue française et me changer les idées, voici ce que j’ai trouvé au fil de mes lectures sur la toile, cette liste de:
Pluriels méconnus…
Un rat ? Des goûts
Un cas ? Des colles
Un pont ? Des râbles
Un flagrant ? Des lits
Une voiture ? Des mares
Un évier ? Des bouchers
Un scout ? Des brouillards
Un bond ? Des buts
Une dent ? Des chaussées
Un air ? Des confits
Un beau ? Des cors
Un mur ? Des crépis
Un vrai ? Des dalles
Un valet ? Des curies
Une passagère ? Des faïences
Un drogué ? Des foncés
Une jolie ? Des gaines
Un crâne ? Des garnis
Un frigo ? Des givrés
Une moue ? Des goûters
Un brusque ? Des luges
Un ministre ? Des missionnaires
Une grosse ? Des panses
Un propos ? Des placés
Une cinglante ? Des routes
Un fâcheux ? Des agréments
Un patron ? Des spots
Un délicieux ? Des cerfs
Une bande ? Des cinés
Un sirop ? Des râbles
Un argent ? Des tournées
Une bière ? Des haltères
je vous laisse compléter la liste…
Un divan ? Des stress
Un sourire ? Des rides
Un plein? Des sens
Un avion? Des colles
jeu

Un exercice de plus, juste pour le plaisir d’écrire…

Atelier d’écriture,
le but de l’exercice après lecture du texte en italique est d’imaginer le début de l’histoire, celle des moments heureux …

« C’est alors que tout à vacillé. La mer a charrié un souffle épais et ardent.
Il m’a semblé que le ciel s’ouvrait sur toute son étendue pour laisser pleuvoir du feu.
Tout mon être s’est tendu et j’ai crispé ma main sur le revolver. La gâchette a cédé, j’ai touché le ventre poli de la crosse et c’est là, dans le bruit à la fois sec et assourdissant que tout a commencé.J’ai secoué la sueur et le soleil.
J’ai compris que j’avais détruit l’équilibre du jour, le silence exceptionnel d’une plage où j’avais été heureux.
Alors, j’ai tiré encore quatre fois sur un corps inerte où les balles s’enfonçaient sans qu’il y parût.
Et c’était comme quatre coups brefs que je frappais sur la porte du malheur… »

Je ne cite pas le nom de l’auteur du texte en italique volontairement…

jeu

Proposition de jeu d’écriture…

Un de mes exercices en atelier d’écriture…

Partir de cette phrase, et écrire l’histoire
Je suis celui à qui nous devons tous d’être immortels, et voici l’histoire qui le prouve irréfutablement,
et insérer :
On n’y va pas pour l’anisette ni parce qu’il faut y aller. Vous l’avez deviné .

15 minutes pour le rédiger…

Pour ne pas vous influencer je mettrai mon texte après les vôtres…

jeu

Jeu d’écriture…


Je me suis prêtée au jeu d’un exercice d’écriture sur la toile avec comme contrainte ces dix mots à insérer dans le texte :

improbable, glamour, jazz, intimité, brouillon, lunaire, inachevé, miracle, hésiter, aube.
Quelques minutes plus tard, voilà le résultat.

Dans le cahier de ma mémoire j’essayais de gommer cette histoire inachevée, le brouillon de cet amour improbable. J’avais longuement hésité à le faire croyant au miracle. Sur la photo qui me restait de cette rencontre je retrouvai l’ambiance folle et glamour des nuits lunaires de Juan les Pins sous la pinède, cette musique chaude teintée aux couleurs du jazz qui nous ouvrait les portes de l’aube en toute intimité.

A vous !


crédit photo Jacques-Henri Lartigue