chronique

Rameaux…


C’est l’histoire de tout temps, de ces foules enthousiastes, surexcitées, survoltées.
C’est aussi l’histoire de ces foules versatiles, instables, influençables qui retournent leur veste quand le vent se met à tourner.
C’est aussi l’histoire de ces foules qui abandonnent au bord du chemin, celui qu’ils avaient adulé, acclamé, applaudi quelques heures, quelques jours plus tôt.
C’est aussi l’histoire d’hier et d’aujourd’hui, ce jeu qui se reproduit, cette pièce qui s’est jouée et qui continue à se jouer.
Il est préférable de ne pas hurler avec les loups au risque de se retrouver seul, il est préférable de désobéir à l’autorité. Seul à obéir à ses propres convictions.
Seul, mais être libre !
Le bouquet de rameaux planté dans le jardin dans l’attente joyeuse du matin de Pâques annonce que la vie sera plus forte que la mort, et qu’elle refleurira.

EA

accompagnement musical https://www.youtube.com/watch?v=Yu06WnXlPCY