Albert Camus

Moisson…

Mais qui se donne au temps de sa vie, à la maison qu’il défend, à la dignité des vivants,
celui-là se donne à la terre et en reçoit la moisson qui ensemence et nourrit à nouveau.

Albert Camus, in L’Homme révolté 1951

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s