poésie

Sensation…

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, – heureux comme avec une femme.

Mars 1870

Arthur Rimbaud (1854-1891)

crédit photo Michel Spitz

4 réflexions au sujet de “Sensation…”

  1. Mon commentaire va sembler peut-être un peu décalé.
    Deux vers de ce poème d’Arthur (trois et quatre) m’ont rappelé « le dormeur du val », sans que je le veuille.
    Comme si celui qui s’exprime pouvait être ce soldat mort au combat, qui aurait vécu et écrit ce texte « avant »…
    cela m’a fait un effet assez saisissant.

    Pardon pour ce ressenti qui détonne un peu avec l’insouciance estivale qui arrive…

    J'aime

  2. Très joli texte et qui sent bon la montagne.
    Je me croirait à la maison.
    Bises Elisanne, et bon début d’été.
    Gilles.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s