Non classé

Là-bas…

Non, décidément ,
n’allez pas là-bas si vous vous sentez le coeur tiède,
et si votre âme est une bête pauvre!
Mais, pour ceux qui connaissent les déchirements du oui et du non,
de midi et des minuits, de la révolte et de l’amour,
pour ceux enfin qui aiment les bûchers devant la mer,
il y a, là-bas, une flamme qui vous attend.
Albert Camus, in l’Eté,
Folio page 131

en hommage à un ami  qui aimait les bûchers devant la mer…

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s