"Double je"

Villa Livia…

Ce nom m’évoque tous mes voyages autour de cette Méditerranée si chère à mon cœur et à laquelle je suis attachée depuis l’enfance.
La maison,quatre murs, un toit, une porte s’ouvrant sur l’extérieur, des fenêtres pour voir, cette peau de pierre se confondant avec la mienne.
Villa Livia, cette maison parle d’Italie, de Grèce, de Sicile, d’Algérie, de Tunisie, du Maroc, de Turquie, la révélation de l’antiquité, de la campagne toscane, romaine, des temples et ruines d’Agrigente, du Cap Sounion ,d’El Djem, de Volubilis, d’Ephèse, de Tipaza ,de Timgad, d’Ampurias et tant d’autres, d’un coucher de soleil à Carthage, à Syracuse, à Capri. Toutes ces merveilles se sont imposées à moi, elles forment une image ressemblante à ma quête, plus émouvante à certaines heures.
Un mot, une association, et l’esprit vagabonde entre passé et présent, moment où je me trouve face à moi-même.
“ La maison dans la vie de l’homme évince des contingences, elle multiplie ses conseils de continuité ” (Bachelard) et me pousse, où que je sois, par ses murs rassurants, à aller toujours plus loin, en moi et hors de moi.
crédit photo:AIBS