Ecrire

Ouvrir…

Quel est ce verbe qui s’ennuie sur les chemins trop banalisés Ce verbe joyeux qui rime avec sourire. Ce verbe chaud et sensuel qui laisse entrer le désir et toute la saveur acidulée de la vie. Ce verbe curieux et gourmand qui aime l’inconnu et l’aventure, se berce de confiance et se grise de risque. Ce verbe qui par nature est esthète, par devoir exigeant, par curiosité indomptable.
C’est l’un des verbes les plus lumineux de la langue française. Du troisième groupe mais de première classe.
Pour un peu il regretterait d’être parfois transitif. Les compléments l’encombrent et le ralentissent, mais il apprécie la douceur de la grammaire et les facéties de la conjugaison : avec elles, il change de peau et d’identité. Ce farceur généreux aime le vertige, perdre la boussole et se moquer des frontières.
Ouvrir. Ouvrir. Ouvrir…
Ouvrons nos fenêtres en grand et ivres de liberté laissons-nous emporter par le souffle de ce verbe ouvert sur le monde, ouvert sur la vie.
photo « Baux de Provence »