Albert Camus

Ce qui éclaire le monde…

soirée sur ma karl Johan 1892
Ce qui éclaire le monde et le rend supportable, c’est le sentiment habituel que nous avons de nos liens
avec lui – et plus particulièrement de ce qui nous unit aux êtres. Les relations avec les êtres nous aident toujours à continuer parce qu’elles supposent toujours des développements, un avenir – et qu’aussi nous vivons comme si notre seule tâche était d’avoir précisément des relations avec les êtres.
Mais les jours où l’on devient conscient que ce n’est pas notre seule tâche, où surtout l’on comprend que seule notre volonté retient ces êtres attachés à nous – cessez d’écrire ou de parler, isolez-vous et vous les verrez fondre autour de vous – que la plupart ont en réalité le dos tourné (non par malice, mais par indifférence) et que le reste garde toujours la possibilité de s’intéresser à autre chose, lorsqu’on imagine ainsi tout ce qui entre dans le contingent, de jeu des circonstances dans ce qu’on appelle un amour ou une amitié, alors le monde retourne  à sa nuit et nous à ce grand froid d’où la tendresse humaine un moment nous avait retirés.
Albert Camus , in Carnets II
CahierIV 1943
Toile Edward Munch
Soirée sur l’avenue Johan 1892

5 réflexions au sujet de “Ce qui éclaire le monde…”

  1. Merci à vous pour votre présence, votre fidélité.

    Petit aveu, peu présente j’arrive enfin au bout des gros travaux qui depuis la mi-août sont mon quotidien.
    Après l’agrandissement du jardin, clôture, plantation gazon et arbustes sans oublier l’arrosage, après l’installation de la nouvelle chaudière plus quelques nouveaux radiateurs, transformation de la salle bains que dis-je toute nouvelle salle bains, même eu droit au marteau piqueur pour installer une douche à l’italienne , aujourd’hui fin des travaux de carrelage, la semaine prochaine installation et branchements douche, vasque etc…il est temps que cela se termine, ce matin grosse frayeur mon mari a perdu l’équilibre dans la douche de l’autre salle bains et est tombé, heureusement qu’il y avait l’infirmière présente, à deux nous avons réussi à le relever. Tout devient de plus en plus difficile la nouvelle salle de bains est pour lui pour faciliter et surtout pour être sans danger pour lui.
    Je suis fatiguée , j’en ai plein le dos, dos qui me fait souffrir ce n’est pas un hasard !
    Christine tu n’es pas seule…
    Ici la maison dort, je vais pouvoir me reposer enfin un peu, prendre un livre et trouver l’inspiration pour le prochain billet .
    Bonne soirée,
    je vous embrasse

    (une pensée pour un ami qui est hospitalisé et se remet d’une intervention ,
    tous mes voeux pour des jours meilleurs)

    J'aime

  2. ………et c’est ainsi Elisanne que vous nous atteignez et nous touchez ….ces mots et le choix des tableaux, les photos aussi, les images…..
    merci de nous enrichir, comme le dit si justement Christine.
    Je vous embrasse
    hélène

    J'aime

  3. Comment dire en mots ce que l’on croit comprendre dans ce texte troublant, difficilement exprimable….riche et profond entre les lignes…éternellement recommencé dans l’absolu…. qui exprime l’indicible, ici aussi, ….. »alors le monde retourne à sa nuit et nous à ce grand froid »….
    Merci Elisanne une fois encore pour le choix exceptionnel de tes textes… celui-ci habillé avec les personnages de Munch au regard éteint…. qui déconcertent… Munch qui ne peint pas d’après nature, qui ne peint pas ce qu’il voit, mais ce qu’il a vu, en captant la première impression !
    je te souhaite une douce soirée.
    Amitiés.
    Den

    J'aime

  4. Bonsoir Elisanne,
    j’ai toujours beaucoup de plaisir à découvrir les correspondances entre les tableaux et la littérature que vous nous offrez. Grâce à vous, je peux croire qu’il existe des personnes cultivées et sensibles. Que votre monde soit éclairé et chaleureux !

    J'aime

  5. Elisanne…. ce texte est magnifique et troublant de vérité, magnifiquement écrit dans toute sa dimension nihiliste comme toujours avec Camus…
    Il a un écho tout particulier pour moi aujourd’hui qui viens de vivre la fin de ce que je croyais être une Amitié (Amour ?)..
    Ce texte demeure d’une universalité incroyable.
    Merci de nous enrichir autant ..!.convaincue désormais de ne plus être aussi seule.
    je t’embrasse.
    Belle soirée à toi.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s