Albert Camus

Ce qui éclaire le monde…

soirée sur ma karl Johan 1892
Ce qui éclaire le monde et le rend supportable, c’est le sentiment habituel que nous avons de nos liens
avec lui – et plus particulièrement de ce qui nous unit aux êtres. Les relations avec les êtres nous aident toujours à continuer parce qu’elles supposent toujours des développements, un avenir – et qu’aussi nous vivons comme si notre seule tâche était d’avoir précisément des relations avec les êtres.
Mais les jours où l’on devient conscient que ce n’est pas notre seule tâche, où surtout l’on comprend que seule notre volonté retient ces êtres attachés à nous – cessez d’écrire ou de parler, isolez-vous et vous les verrez fondre autour de vous – que la plupart ont en réalité le dos tourné (non par malice, mais par indifférence) et que le reste garde toujours la possibilité de s’intéresser à autre chose, lorsqu’on imagine ainsi tout ce qui entre dans le contingent, de jeu des circonstances dans ce qu’on appelle un amour ou une amitié, alors le monde retourne  à sa nuit et nous à ce grand froid d’où la tendresse humaine un moment nous avait retirés.
Albert Camus , in Carnets II
CahierIV 1943
Toile Edward Munch
Soirée sur l’avenue Johan 1892