"Double je"

Le silence entre les pages…

munch1-1024x941
La mer était d’huile.
Elle luisait comme un noir joyau, la nuit était belle.
Les lumières retombaient lentement dans les lourdes ténèbres.
Les étoiles étaient là paisibles dans leurs scintillements silencieux.
Parfois l’une d’entre elle se détachait brusquement et sombrait dans la nuit .
Elle se précipitait dans l’obscurité sans savoir où elle allait, poussée par une force aveugle,
comme une vie projetée dans la profondeur de destins inconnus.
Septembre 2007/2016
Ce texte m’accompagne depuis un jour de  septembre 2007, il a  une longue histoire.
Je venais de voir une prestigieuse  expo à Bâle des toiles d’Edvard Munch.
Ce tableau « La nuit étoilée » de 1893 m’inspirait ces mots.
C’est surtout l’histoire d’une rencontre qui fait que depuis ce tableau et ce texte m’accompagnent,
entre ombre et lumière , vers mes rivages, mon île .
« Et le silence entre les pages est souffle entre les souffles. » (Amina Saïd)
« Ces jours qui te semblent vides, et perdus pour l’univers, ont des racines avides
qui travaillent les déserts. » (Paul Valéry)
« N’est proche que le monde de dedans, tout autre est loin.
L’ïle est une étoile naine que l’espace ne remarque pas… »(Rilke)