"Double je"

Rétroviseur…

On dirait le Sud…le temps dure longtemps !
boulouris
C’est dans le rétroviseur que gît l’éternité.
Dans ces étés d’enfance qui n’en finissaient pas.
Le temps se conjuguait au présent éternel , l’on se baignait tous les jours.
Oublieux ou philosophe le corps n’a plus peur du futur en été,
et la mémoire des avanies anciennes est mise entre parenthèses.
Mais ce qu’on est bête en été, avec notre éternel présent, si bête qu’on en devient presque émouvant, il n’y a qu’à nous voir assis au crépuscule devant l’horizon, la poitrine gonflée par la beauté du monde, l’âme attendrie prête à embrasser l’humain dans toute sa diversité sublime, agitant les bras vers le ciel, comme aux plus belles heures des extases hippies.
Sensation de pure volupté, le temps de l’été…
On dirait le Sud, le sud de l’enfance, l’exact et éternel été.
photo : une des plages de mon enfance, ici celle de Boulouris