réflexions

Saison…

plage2
L’été à corps et à cri…
Saison sulfureuse ou temps de l’innocence ?
L’été dénude les corps, nous renvoie au paradis terrestre, au péché originel.
Les maillots (qui ne mettent en valeur que ce qu’ils cachent) remplacent
les pagnes en feuilles de figuier d’Adam et d’Eve et nous rappellent l’infâme condition humaine.
Inutile de se jouer une histoire…
De faire de l’été le credo du  » Je est un autre… »
L’été pour devenir soi-même…
Quelqu’un d’autre !
Photo David Seymour /Magnum
Italie 1948