Albert Camus

Une photo, tout un univers…

l'amandier
Une photo, un paysage qui m’est si familier « La Clape « , un amandier en fleurs,
tout un univers dans une photo qui m’amène à la pensée de Camus.
 » … Je patientais toujours dans l’hiver car je savais qu’en une nuit, une seule nuit pure et froide de février, les amandiers de la vallée des Consuls se couvriraient de fleurs blanches. Je m’émerveillais de voir ensuite cette neige fragile résister à toutes les pluies et au vent de la mer. Chaque année, pourtant, elle persistait juste ce qu’il fallait pour préparer le fruit. »
Dans ce texte de l’Eté, Camus associe la fleur de l’amandier à la force de caractère :
 « Je ne parle pas de celle qui s’accompagne sur les estrades électorales de froncements de  sourcils et de menaces. Mais de celle qui résiste à tous les vents de la mer par la vertu de la blancheur de la sève.
C’est elle qui dans l’hiver du monde, préparera le fruit. »
La lecture de Camus m’apporte cette force  à vaincre  » l’esprit de douleur  » .
Si cela est possible dans moins d’un mois je serai dans La Clape, les amandiers ne seront plus en fleurs,
mais ils auront préparé le renouveau du printemps.
crédit photo Claude Chavane