réflexions

L’inutile…

miro amour d'hirondelle 1934
« L’homme moderne, universel, c’est l’homme pressé, il n’a pas le temps, il est prisonnier de la nécessité, il ne comprend pas qu’une chose puisse ne pas être utile; il ne comprend pas non plus que, dans le fond, c’est l’utile qui peut être un poids inutile, accablant. Si on ne comprend pas l’utilité de l’inutile, l’inutilité de l’utile, on ne comprend pas l’art; et un pays où on ne comprend pas l’art est un pays d’esclaves ou de robots, un pays de gens malheureux, de gens qui ne rient pas ni ne sourient, un pays sans esprit; où il n’y a pas l’humour, où il n’y a pas le rire, il y a la colère et la haine. »
Eugène Ionesco, Notes et contre-notes
(coll. Folio Essais/Gallimard, 2007)
illustration: Juan Miro « Amour d’hirondelle »1934
Hier, sans me presser, alors que le vent soufflait en rafale ,j’ai visité une chocolaterie,
je ne parle ni de la dégustation… ni du repas… partagé avec des amies,
moment de détente salutaire, l’humour et le rire  étaient présents.

5 réflexions au sujet de “L’inutile…”

  1. Autre… « Utilité de L’INUTILE » :
    Et voici Belharra : pour ne pas rester au « creux de la vague » (on se serait bien passé de la musique qui accompagne, mais bon, tant pis, les images subliment).
    Bises.

    J'aime

  2. …..Sorry pour les répétitions involontaires,
    non pas dues à un radotage précoce, mais à un doigté mal contrôlé sur un portable irascible…..Bises et belle journée. 🙂

    J'aime

  3. Coucou Elisanne….
    ce texte est brûlant de vérité…il faut savoir flâner, perdre son temps est tout un art…
    l’art de se trouver voire de se retrouver.

    Coucou Elisanne….ce texte est brûlant de vérité…il faut savoir flâner, perdre son temps est tout un art..
    l’art de se trouver voire de se retrouver.
    Ces mots rejoignent la vérité d’une actualité brûlante.
    Cela me fait penser à cette belle phrase
    d’Edgar Morin que j’avais notée :
     » A force de sacrifier l’essentiel pour l’urgence, on finit par oublier l’urgence de l’essentiel ».
    Seule la reconnaissance urgente de la nécessité artistique saura nous sauver de la barbarie qui nous menace.
    Bises…
    ….en attendant « Belharra »… ici le graal des surfeurs… »the » Vague… Celle qui nous submerge en nous faisant tutoyer les ☆★☆★.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s