réflexions

L’inutile…

miro amour d'hirondelle 1934
« L’homme moderne, universel, c’est l’homme pressé, il n’a pas le temps, il est prisonnier de la nécessité, il ne comprend pas qu’une chose puisse ne pas être utile; il ne comprend pas non plus que, dans le fond, c’est l’utile qui peut être un poids inutile, accablant. Si on ne comprend pas l’utilité de l’inutile, l’inutilité de l’utile, on ne comprend pas l’art; et un pays où on ne comprend pas l’art est un pays d’esclaves ou de robots, un pays de gens malheureux, de gens qui ne rient pas ni ne sourient, un pays sans esprit; où il n’y a pas l’humour, où il n’y a pas le rire, il y a la colère et la haine. »
Eugène Ionesco, Notes et contre-notes
(coll. Folio Essais/Gallimard, 2007)
illustration: Juan Miro « Amour d’hirondelle »1934
Hier, sans me presser, alors que le vent soufflait en rafale ,j’ai visité une chocolaterie,
je ne parle ni de la dégustation… ni du repas… partagé avec des amies,
moment de détente salutaire, l’humour et le rire  étaient présents.