poésie, réflexions

Même passante…

klimt-les-trois-ages-de-la-femme
 » Ce qui m’a mis au monde et qui m’en chassera
n’intervient qu’aux heures où je suis trop faible pour lui résister.
Vieille personne quand je suis né.Jeune inconnue quand je mourrai.
La seule et même passante « 
René Char , in  « Feuillets d’Hypnos »
Klimt « Trois âges de la femme » 1905 détail

9 réflexions au sujet de “Même passante…”

  1. Ces phrases de René Char sont si justes…
    Chez Klimt, il me semble que les ‘contraires’, les ‘lointains’ se rejoignent en Un.
    Le temps d’une œuvre, les distances sont abolies.
    Ce cumul est alors à la fois si pur et si trouble.
    C’est une dualité intéressante qui transpire.
    Merci pour toutes vos passerelles Elisanne.
    Elles me font du Bien.
    Pensées
    Valérie

    J'aime

    1. Je peux comprendre ton émotion, il y a tant de choses dans ces mots…
      te souviens-tu de ce beau film de Jaoui et Bacri « Parlez-moi de la pluie » dont le leitmotiv musical était l’air des » Passantes » interprété par une fanfare cubaine ?
      Bonne nuit, moi aussi j’ai les yeux embués.

      J'aime

    1. en écrivant le mot » passante » je pensais à la chanson de Brassens…
      je pense, non je suis sûre, que l’on reconnait ces passant/es !

      Ici, aujourd’hui, on pourrait hisser la grande voile, il souffle le bigre…

      J'aime

  2. Bel hommage à cette vie que nous aimons tant et qui ne dure pas plus que durent les roses…
    …. »Si tu crois petite, xa va xa, va xa …va durer toujours la saison des za..la saison des za….saison des zamours… »

    J’aime beaucoup la joie et la pureté qui se dégagent des tableaux de ce Mr Klimt..

    Bises et belle journée jolie dame !

    J'aime

    1. Moi je suis naïve, j’y crois…à la saison des z’amours…
      tu me fais sourire avec le mot pureté concernant Klimt, un peu moins pur ces dessins érotiques que j’aime beaucoup et que j’ai eu l’occasion de contempler lors d’une expo parisienne,silence monacal dans les salles, comme si on n’osait exprimer ce que l’on ressent en les regardant.
      Bises, ici pas d’embruns, mais de la pluie, temps à sortir le ciré.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s