Albert Camus

*En face de l’envers du monde…

marquet-albert-1875-1947-franc-la-fenetre-a-alger-capucines-944909
« Tout est écrit dans cette fenêtre où le ciel déverse sa plénitude à la rencontre de ma pitié. »

Albert Camus, in « L’envers et l’endroit »

Dans sa première version de ce texte il écrit (Carnets,1, janvier 1936) 

« Dans ce jardin de l’autre coté de la fenêtre je ne vois que les murs.Et ces quelques feuillages où coule la lumière. Plus haut c’est encore les feuillages. Plus haut, c’est le soleil.Et de toute cette jubilation de l’air que l’on sent au-dehors, de toute cette joie répandue sur le monde, je ne perçois que les ombres de feuillages qui jouent sur les rideaux blancs… »
Je vous conseille la lecture de la suite de ce texte qui se termine:
« Ainsi de moi je prends conscience des possibilités dont je suis responsable. Chaque minute de vie porte en elle sa valeur de miracle et son visage d’éternelle jeunesse. »

Toile Albert Marquet
La fenêtre à Alger, capucines 1945
@ADAGP, Paris 2014

4 réflexions au sujet de “*En face de l’envers du monde…”

  1. Cadeaux de nos amis canadiens, ces versions consultables sur le Net et incorporables dans les livres électroniques….

    c l a s s i q u e s . u q a c . c a / c l a s s i q u e s / c a m u s . . . / c a r n e t s . . . / c a m u s _ c a r n e t s _ t 1 . p d f
    c l a s s i q u e s . u q a c . c a / c l a s s i q u e s / c a m u s _ a l b e r t / c a r n e t s . . . / c a m u s _ c a r n e t s _ t 2 . p d f
    c l a s s i q u e s . u q a c . c a / c l a s s i q u e s / c a m u s _ a l b e r t / c a r n e t s . . . / c a m u s _ c a r n e t s _ t 3 . p d f

    Bon vent….le vent frais du Nord…celui qui pousse les feuilles…et les fait pousser !

    J'aime

    1. Merci pour les liens, mais j’avoue j’ai beau avoir tablette, Kindle, le support papier reste mon préféré surtout pour mes livres de chevet, je peux y mettre mes annotations, mes petites croix qui m’indiquent que j’aime ce passage, surligner, reprendre…
      Après le vent et la pluie aujourd’hui petite accalmie mais grisaille.
      Ah si j’avais un palmier comme sur le tableau de Marquet devant ma fenêtre, je pense que j’aurais moins peur quand le vent souffle en rafale de voir mon pin « géant »tomber sur la maison.
      Bonne journée

      J'aime

  2. je t’entends si souvent citer A. Camus.
    Tu me donnes envie de lire ses carnets.
    J’ai écouté il y’ a quelques temps un entretien de sa fille avec François Busnel.
    J’ ai retenu cette phrase qui trotte souvent dans ma tête, que sa fille a reçu de lui:
     » La liberté ne se sépare pas de la responsabilité »
    La peinture qui accompagne cet extrait, en plus d’être belle et bien choisie…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s