Albert Camus

*En face de l’envers du monde…

marquet-albert-1875-1947-franc-la-fenetre-a-alger-capucines-944909
« Tout est écrit dans cette fenêtre où le ciel déverse sa plénitude à la rencontre de ma pitié. »

Albert Camus, in « L’envers et l’endroit »

Dans sa première version de ce texte il écrit (Carnets,1, janvier 1936) 

« Dans ce jardin de l’autre coté de la fenêtre je ne vois que les murs.Et ces quelques feuillages où coule la lumière. Plus haut c’est encore les feuillages. Plus haut, c’est le soleil.Et de toute cette jubilation de l’air que l’on sent au-dehors, de toute cette joie répandue sur le monde, je ne perçois que les ombres de feuillages qui jouent sur les rideaux blancs… »
Je vous conseille la lecture de la suite de ce texte qui se termine:
« Ainsi de moi je prends conscience des possibilités dont je suis responsable. Chaque minute de vie porte en elle sa valeur de miracle et son visage d’éternelle jeunesse. »

Toile Albert Marquet
La fenêtre à Alger, capucines 1945
@ADAGP, Paris 2014