poésie

En faisant glisser du sable…

couler du sable
Si je fais couler du sable
De ma main gauche à ma paume droite,
C’est bien sûr pour le plaisir
De toucher la pierre devenue poudre,
Mais c’est aussi et davantage
Pour donner du corps au temps,
Pour ainsi sentir le temps
Couler, s’écouler
Et aussi le faire
Revenir en arrière, se renier.
En faisant glisser du sable,
J’écris un poème contre le temps.
Eugène Guillevic
Les poètes ont ce pouvoir de modifier le cours du temps le temps d’un poème…
J’étais, le temps de la lecture, au bord de la mer m’amusant comme lorsque j’étais enfant à essayer de retenir le sable dans mes mains, et  adulte assise sur le sommet d’une dune admirant le paysage en jouant avec le sable .
Bonne journée !

photo empruntée sur la toile, auteur ?

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s