réflexions

Mais tout change…

sapins boules

« J’vous ai apporté des bonbons »…
Il est bien loin le temps où les cadeaux de Noël  étaient un monde de friandises, de douceurs faites de fruits et épices venus de pays lointains. Le vaste monde entrait dans les maisons en même temps que le sucre de canne, les dattes, les amandes, la fleur d’oranger, les oranges, et les mandarines. L’Orient se mêlait à l’Occident, la cannelle à la cardamome. Bredalas, (petits gâteaux en alsacien) pralinés, pain d’épices étaient  des cadeaux de choix.
Mais tout change…
réflexions

Doucement…

3bougies
Souvenirs d’enfance, sentiment du temps qui passe à chaque fois que je décore mon sapin.
Période où les jours sont les plus courts, les plus sombres aussi, mais où ils vont dans peu de temps  recommencer à s’éclairer et s’allonger.
Se laisser toucher par la grâce, se recentrer sur l’espérance.
Mettre du sens. Il n’y a pas que les bougies, le sapin, les cadeaux.
Mettre l’amour au-dessus de tout, en imprégnant notre vie, de tendresse, de générosité, de compassion, d’altruisme, de douceur, d’écoute attentive, de compréhension, de pardon.
Dire… même maladroitement, parfois en chuchotant, par peur d’effaroucher, à quel point, vous,
les autres, nos proches,  comptent pour nous, que nous les aimons,  tout ce que nous leur devons,
tout le bien que nous souhaitons pour eux.
C’est dans cet esprit que doucement le temps s’étire vers mon Noël 2015 !
Pensées vers vous !

 

"Double je"

Tradition…

st nicolas10
Ce soir fidèle aux traditions nous fêterons la Saint Nicolas comme je l’ai appris de mes parents et comme eux l’avaient appris des leurs et ainsi de suite…
Quelques friandises, des fruits sans oublier dattes et figues,un chocolat chaud accompagné de petits pains briochés en forme de crosse *(schnakala) de bonhomme,*(manala) de bonne femme, *(vivala) .
Je me souviens en souriant quand venaient à la maison Saint Nicolas accompagné du père fouettard, *(Hans Trapp) j’avais une peur bleue et me réfugiais sous la table carrée de la salle à manger.
*dialecte alsacien
Ecrire

Dérives noctambules…

liliroze14
Un peu de buée perle sur les vitres, dehors la nuit bleutée, froide.
Seule dans sa chambre, elle écrit.
Elle se concentre sur ce qui la traverse, elle rédige son journal à la seule intuition de l’instant. Rendez-vous troublant avec le stylo et le papier, elle découvre le plaisir qu’il y a à discourir avec soi-même, rajoute avec ses mots de la lumière à l’imperfection de simples pensées.
Lentement, nés des profondeurs, elle écrit des mots venus de terres masquées où le cœur se réfugie, ce cœur qui parle sans frein, fracas d’une suprême discrétion.
Elle aime ces dérives noctambules où s’abrègent les certitudes et renaissent les rêves inachevés, lieux qu’elle retrouve vierges de sentiments et de mémoire où l’âme se perd pour rendre vie en la faisant partir de rien.
photo Liliroze
"Double je"

Une petite cantate…

J’ai aimé entamer ce matin ce mois de décembre
et dire adieu à ce long mois de  novembre que je n’ai pas aimé.
Je n’ai pas aimé prendre une année de plus en novembre…
J’aime ouvrir le calendrier de l’Avent qui tous les jours  réserve une surprise…
Je n’ai pas aimé le cauchemar de la nuit, ni  les maux de tête de ce matin.
Je n’ai pas aimé ma matinée passée à l’hôpital,m’entendre dire tout ce que je sais déjà.
Vivre avec un artiste j’ai aimé, ne voir plus que des toiles vierges je n’aime pas
Vivre avec un musicien j’ai aimé, ne plus entendre le son du piano dans la journée, je n’aime pas.
Je n’aime pas quand le désir,  la vie, s’étiolent.
J’aime la vie…