Ecrire

Dérives noctambules…

liliroze14
Un peu de buée perle sur les vitres, dehors la nuit bleutée, froide.
Seule dans sa chambre, elle écrit.
Elle se concentre sur ce qui la traverse, elle rédige son journal à la seule intuition de l’instant. Rendez-vous troublant avec le stylo et le papier, elle découvre le plaisir qu’il y a à discourir avec soi-même, rajoute avec ses mots de la lumière à l’imperfection de simples pensées.
Lentement, nés des profondeurs, elle écrit des mots venus de terres masquées où le cœur se réfugie, ce cœur qui parle sans frein, fracas d’une suprême discrétion.
Elle aime ces dérives noctambules où s’abrègent les certitudes et renaissent les rêves inachevés, lieux qu’elle retrouve vierges de sentiments et de mémoire où l’âme se perd pour rendre vie en la faisant partir de rien.
photo Liliroze