"Double je"

Il y a toujours quelque chose en nous que l’âge ne mûrit pas ……

cheval
Une année de plus en moins d’une seconde, les jours d’anniversaire sont comme cela.
Il y a peu cette date  résonnait comme une grande promesse, une fête.
Mais aujourd’hui  je me sens comme un pantin désarticulé auquel il manque le ressort, joie.
Pourtant, la petite fille existe encore en moi, cela sauve tout !
« Il y a toujours quelque chose en nous que l’âge ne mûrit pas … « ( Bossuet)
L’histoire qui va suivre m’accompagne depuis de nombreuses années, elle est notée
dans l’un de mes carnets de moleskine.
Un jour le petit lapin demanda au cheval de peluche  qui traînait dans le coffre à jouets depuis bien longtemps
 » Qu’est-ce qu’être vrai ? et cela fait’il mal ? « 
-Quelquefois répondit le cheval de peluche, qui disait toujours la vérité. Mais quand on est  » vrai  » cela n’a pas d’importance d’avoir mal.
-Est-ce que cela arrive tout d’un coup, comme lorsqu’on remonte votre ressort, ou petit à petit ? demanda le lapin.
-Cela n’arrive jamais tout d’un coup, dit le cheval de peluche, on le devient. Cela prend très longtemps.
C’est pourquoi cela arrive rarement à ceux qui se cassent facilement, ou qu’on doit ranger soigneusement.
En général quand on est  devenu  » vrai  » on a perdu presque tous ses poils, on a les yeux qui pendent, on a des faiblesses dans les articulations et on est usé.
Mais tout cela n’a aucune importance parce qu’une fois qu’on est « vrai  » on  ne peut plus être laid sauf aux yeux de ceux qui ne comprennent pas.