Ecrire

Polissage des pierres…

rodin détail

 

Ce qui vous rendit visible à mes yeux, fut justement cet ajournement infinitésimal que constituait le temps mis par mon regard pour venir se poser sur le bord de vos phrases.
Le temps de l’adoucissement, du polissage des pierres – la distance réelle entre vos textes et notre éventuelle rencontre  importait peu.
Des instants si fragiles que vouloir les brusquer d’un regard trop appuyé risquait d’en brouiller le sens.
Je tenais vos mots pour précieux talismans dans lesquels je plongeais des mains fiévreuses, choisissais au hasard, bien que je les savais tous, pour les faire retomber en bribes redécouvertes sur mes rêves éveillés.
Je ne pouvais vous aborder plus aveuglément qu’en vous lisant.
Auguste Rodin Le baiser (détail)