Albert Camus

« col sol levante, col sol cadente »…

eglise-santissima-annunziata-cloitre
[…]Je ne me résignerai pas. De tout mon silence je protesterai jusqu’à la fin. Il n’y a pas à dire « faut » ; c’est ma révolte qui a raison, et cette joie qui est comme un pèlerin sur terre, il me la faut suivre pas à pas.
Les nuages grossissent au-dessus- du cloître et la nuit peu à peu assombrit les dalles où s’inscrit la morale dont on dote ceux qui sont morts.
Si j’avais à écrire ici un livre sur la morale, il aurait cent pages et 99 seraient blanches. Sur la dernière, j’écrirais : « Je ne connais qu’un seul devoir et c’est celui d’aimer. »
Et pour le reste, je dis non. Je dis non de toutes mes forces. Les dalles me disent que c’est inutile et que la vie est comme « col sol levante, col sol cadente ». Mais je ne vois pas ce que l’inutilité ôte à ma révolte et je sens bien ce qu’elle ajoute.[…]
Albert Camus
Carnets 1, 1937
Folio 5617 page 62
Dans ma bibliothèque le livre de Jean-François Mattéi
Citations expliquées de Camus
photo:  Florence Cloître des morts Santissima Annunziata