Jean Grenier

Coupons au plus court…

munch jene fille a la fenetre 1893
Coupons au plus court: aimons ceux qui nous aiment ou qui sont prêts à nous aimer.
N’usons pas nos faibles forces à convaincre. Ne croyons pas à nos mérites.
Acceptons avec empressement la faveur insolite qui nous est accordée.
Une main écarte le rideau qui nous isole , elle se tend vers nous;
hâtons nous de la saisir et de la baiser, car tu n’es toi- même rien que par cet acte d’amour.
15 mai-12 juin 1955.
Jean Grenier , « Sur la mort d’un chien  » XC p 68
L’imaginaire /Gallimard 1957

Toile Edward Munch
« Jeune fille à la fenêtre »1893

8 réflexions au sujet de “Coupons au plus court…”

  1. Je viens avec beaucoup de retard vous remercier pour vos mots,pensées, chansons, citations.
    C’était la semaine des retrouvailles, enfants, petits- enfants, tous de retour des vacances, belle semaine, presqu’une vie normale, ça fait du bien.

    J'aime

  2. Entre le pragmatisme de Jean Grenier…..
    et la prise de conscience de Brel …..
     » Oublier le temps
    Des malentendus
    Et le temps perdu
    A savoir comment
    Oublier ces heures
    Qui tuaient parfois
    A coups de pourquoi
    Le coeur du bonheur…. »

    …..Combien de gâchis épargnés !!!
    Mais ne pas se faire trop d’illusion : on ne peut pas pédaler …et se regarder pédaler …aurait constaté Lacan…dit on …

    Inch’allah…;
    mais tout vaut d’être vécu…quand même …pour les « bon joueurs »

    Bon vent…celui qui pousse parfois les vélos…..

    J'aime

  3. Tu peux courir au sud
    Quand tu as le cœoeur en panne
    Brûler ta solitude
    Dans des feux de savane
    Et dire que la chaleur
    C’est ta seule religion
    Et courir ton bonheur
    A tous les horizons

    Tu peux croire au soleil
    Comme croyaient les Incas
    Mourir comme une abeille
    Au soleil de Lima
    Et venir dans mes bras
    Pour me dire que tu m’aimes
    Quand ce mensonge la
    Tu n’y crois pas toi-même

    Sans amour
    Le soleil n’existe pas sans amour
    Quand tu brûles c’est que t’as froid côté cour
    Rien ne te réchauffera
    Sans amour
    Le soleil n’est qu’un décor pour un jour
    Un point blanc, un astre mort sans amour
    Qui ne touche que ton corps
    Sans amour
    Tu cours après les truquages, les recours
    Tu te saoûles d’éclairages, de faux jours
    Ta vie n’est qu’un maquillage tu te goures….

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s