poésie

Fragments soulevés par le vent…

orage
Rappelez-vous:
s’il peut être une foudre lente
et tendre à en mourir,
irradiant le corps,
c’est cela dont mourir vous privera.
De cet autre orage,
même les dents sont douces.

Philippe Jaccottet, in »Cahier de verdure »
Fragments soulevés par le vent
Poésie/Gallimard

Un dimanche soir d’orage, le vent s’est levé…

 

crédit photo  Serge Agombart

4 réflexions au sujet de “Fragments soulevés par le vent…”

  1. Texte…outch… »foudre lente »… j’entends le prélude de l’opus 18 de César Franck…
    J’aime beaucoup le vert de gris de ta photo, mais un vert de gris saturé, où le gris prend des nuances de violet, le vert des nuances d’or, les deux devenant complémentaires.
    Amitié.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s