Albert Camus

Ainsi de moi…

04  2011 gruissan 024

On se croit retranché du monde, mais il suffit qu’un olivier se dresse dans la poussière dorée,
il suffit de quelques pages éblouissantes sous le soleil du matin, pour qu’on sente en soi fondre cette résistance.
Ainsi de moi.
Je prends conscience des possibilités dont je suis responsable.
Chaque minute de vie porte en elle sa valeur de miracle et son visage d’éternelle jeunesse.
Albert Camus,
in Carnets 1935-1948. (Janvier 1936)