poésie

Poème du soir…

6a00d83451c3b369e200e54f17c7e58833-800wi
Seul et pensif je vais mesurant les plus désertes plaines d’un pas lent et négligent, et afin de m’enfuir,
je recherche d’un regard attentif les vestiges humains imprimés sur le sable.
Je ne trouve pas d’autre défense pour me dérober à l’attention manifeste des hommes ;
car, toute trace de gaieté étant effacé en moi, on lit du dehors la passion qui me consume au dedans.
Aussi je crois bien désormais que les monts et les plaines et les fleuves et les forêt sauront de quelle trempe
est ma vie qui est cachée à autrui.
Mais je ne sais point chercher de routes si âpres ni si sauvages qu’Amour n’y vienne toujours raisonner avec moi, comme moi avec lui.
Francesco Petrarca
Canzonière XXXV
photo Tiago de Carvalho
Je n’ai pas perdu l’habitude de lire un  ou plusieurs poèmes le soir avant de me coucher,
j’ai juste perdu l’habitude de le mettre en ligne.