Albert Camus

bougie

« Mais puisque c’est là notre tâche, si obscure et ingrate qu’elle soit, nous devons l’aborder avec décision pour mériter un Jour de vivre en hommes libres, c’est-à-dire comme des hommes qui refusent à la fois d’exercer et de subir la terreur. »

Albert Camus

Livres

Au matin…

 

nathalie roze m25

« On s’éveille, à peine l’aube et déjà les images s’entremêlent, les visages se croisent, se confondent.
On ne sait plus de qui l’on a rêvé, quelle est cette voix demeurée dans l’oreille.
Au matin, les yeux s’ouvrent mais une étrange émotion nous tient sur la ligne floue du passé et du présent. »

Hélène Dorion « Jours de sable »

crédit photo Liliroze

réflexions

Epiphanie…

Moreau0001 les rois mages détail

A l’image des mages venus d’Orient qui se sont mis en route sous le signe bien fragile d’une étoile,
que notre quête permanente, nos questionnements, nos interrogations nous mettent en mouvement. Chercheurs de beauté, de vérité, nous pouvons ainsi découvrir ce qui donne sens à notre vie.

Continuons sans cesse à regarder l’étoile, celle qui nous a fait prendre route.


Gustave Moreau « Les rois mages » détail

 

"Double je", Ecrire

Destins liés…

chamonix 0804 021
C’est en évoquant l’écriture que m’est revenue l’image d’un buvard de l’enfance.
Le motif était la montagne et le Mont Blanc, les mots qui l’accompagnaient , toujours plus haut, dont j’avais fait ma devise.
Un de mes rêves de petite fille devint celui de voir le Mont Blanc en vrai. 
Rêve réalisé à l’âge adulte, lors de sports d’hiver, invitée par un ami à qui j’avais parlé de mon rêve et qui venait d’acheter un appartement face au Mont Blanc.
Puis séjours fréquents durant de longues années à Chamonix, achat d’un petit studio, revendu depuis.
J’ai continué le rêve avec un stylo au capuchon terminé par un flocon de neige sous forme d’étoile.
Je ne compte plus les années, il y a si longtemps qu’il a lié son destin au mien.
Ces derniers jours il se sentait un peu désemparé, modifiant quelque peu ses habitudes,lui qui aime la réflexion, la poésie,les lettres.
Vous me direz que les mots sont toujours des mots quel que soit l’objet qui les écrit.
Mais non !
Ce n’est pas rien que cet outil qui me prolonge sur les pages de mes cahiers,
ces lits de papier de Soi.
Je prends un plaisir fou au bruit du capuchon qui se détache, à la sensation précise et légère de sa présence entre mes doigts, quoi qu’il en sorte, quelque soit la douleur dont il est le silencieux témoin. Il a tracé tant de choses pour moi, délavé parfois l’encre dans l’eau de mes larmes, zigzagué dans mes rires.
Tour à tour, fou et sage, mon stylo avance, rature, se trompe encore.
Il est le complice de cette folle imprudence, écrire des mots venus des profondeurs.
Il accompagne les temps fort d’une vie, destins liés, par un mot : »Montblanc ».

(texte publié en 2010 mais toujours d’actualité)

"Double je"

Bonne année 2015…

Tout simplement je viens vous présenter mes voeux pour 2015.
Bonne année à Vous!

guy1512645_191488664376691_1504706117_n

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.
Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.
Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.
Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés.
Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés
Vis maintenant !
Risque-toi aujourd’hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux !

 

Pablo Neruda