"Double je"

Association d’idée…

îlePA170035

En janvier 2008 j’écrivais ces mots …

Il existe de ces moments dans la vie, dans une journée où chaque mot vous touche, en appelle un autre, un ébranlement, un choc confus. Cela vient de m’arriver en lisant un auteur que je ne connaissais pas , Jean Grenier .
Je suis entrée dans ce livre et je sais que ces mots lus continueront de vivre en moi encore longtemps.

Des images se bousculent, des paysages, des odeurs, des frôlements, la lumière…

Aujourd’hui, 29 janvier 2015 ,
les mots de Grenier continuent de m’habiter avec la même force et le même enthousiasme.

Camus dans sa préface écrivait:
« Rien n’est vraiment dit dans ce livre. Tout y est suggéré avec une force et une délicatesse incomparables.Cette langue légère , à la fois exacte et rêveuse, a la fluidité de la musique.Elle coule ,rapide, mais ses échos se prolongent…
Grenier nous parle seulement d’expériences simples et familières dans une langue sans apprêt apparent. Puis, il nous laisse traduire, chacun à notre convenance.A ces conditions seulement, l’art est un don, il n’oblige pas. Pour moi qui ai tant reçu de ce livre , je sais l’étendue de ce don, je reconnais ma dette… »

Jean Grenier, Les Iles ,
Gallimard l’Imaginaire