Albert Camus

Sachons donc ce que nous voulons…

Footballeurs---1952

Sachons donc ce que nous voulons, restons fermes sur l’esprit, même si la force prend pour nous séduire le visage d’une idée ou du confort. La première chose est de ne pas désespérer. N’écoutons pas trop ceux qui crient à la fin du monde.
Les civilisations ne meurent pas si aisément et même si ce monde devait crouler, ce serait après d’autres. Il est bien vrai que nous sommes dans une époque tragique.
Mais trop de gens confondent le tragique et le désespoir.
« Le tragique, disait Lawrence, devrait être comme un grand coup de pied donné au malheur. »
Voilà une pensée saine et immédiatement applicable. Il y a beaucoup de choses aujourd’hui qui méritent ce coup de pied.

Albert Camus,
Les Amandiers (1940), dans L’Été (1954)

Nicolas de Staël « Footballeurs « (1952)

2 réflexions au sujet de “Sachons donc ce que nous voulons…”

  1. Même dans ce rappel au choix, pour une pensée directrice, on trouve dans ces mots un plaidoyer pour la nuance, l’ouverture, l’Art …
    On peut se retrouver triste et inquiet , et encore plus depuis quelques jours, de voir que  » la vision « digitale » à quitté le domaine de la montre pour envahir celui de la pensée….

    Je comprends de plus en plus les horloger experts de n’avoir jamais pu concevoir une œuvre d’orfèvre …autour du « Oui & Non ! » !

    Bon vent….celui nuancé…qui autorise la nuance du cap à choisir !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s