Albert Camus

Charnière…

volets bleus

Ce mois d’août a été comme une charnière –
une grande respiration avant de tout délier dans un effort délirant.
Provence et quelque chose en moi qui se ferme.
Provence comme une femme qui s’appuie.
Il faut vivre et créer. Vivre à pleurer –
comme devant cette maison aux tuiles rondes et aux volets bleus
sur un coteau planté de cyprès.

Albert Camus
Carnets, Cahier I
Folio page 58

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s