Livres

Passeur d’étoiles…

Petit-prince-couverture-817x350

Dans la région où j’habite ont fleuri comme des roses des panneaux de signalisation indiquant le trajet vers le nouveau parc ludique consacré au petit ange aux cheveux d’or ébloui par une étoile, de son amour pour une rose , son amitié pour un renard,  sans oublier le chasseur de papillons .
Vous l’avez reconnu  » Le Petit Prince  »

Impossible de ne pas penser aujourd’hui  à Saint Exupéry et à ses derniers mots
« Si je suis descendu, je ne regretterai absolument rien« ,
écrits avant de s’envoler le 31 juillet 1944, pour ce qui sera sa dernière mission.
Son avion s’est englouti sous les eaux de la rade au large de Marseille.
 
Son œuvre raconte sa trajectoire, elle nous raconte que Saint Exupéry et le Petit Prince ne font qu’un,
il suffit de lire Citadelle, Pilote de Guerre, Terre des hommes, Courrier sud, Vol de nuit…

Il écrivait :
 » Je prends  possession du monde par les mots  » (Carnets)

   » Si je trouve une formule qui m’exprime, qui me rassemble, pour moi ce sera vrai. «  (Courrier Sud)
 » Qu’est-ce qu’écrire sinon corriger ? De corrections en corrections, je marche vers Dieu « (Citadelle)

Et puis l’enseignement du désert:

 » Le désert pour nous ? C’était ce qui naissait en nous. Ce que nous apprenions sur nous-mêmes…

Le Sahara, c’est en nous qu’il se montre. L’aborder ce n’est point visiter l’oasis, c’est faire notre religion d’une fontaine…
Ma condition. Perdu dans le désert et menacé, nu entre le sable et les étoiles, éloigné des pôles de ma vie par trop de silence. Je n’étais rien qu’un mortel égaré entre du sable et des étoiles, conscient de la seule douceur de respirer. Et cependant je me découvris plein de songes. Ils me vinrent sans bruit, comme des eaux de source… « 
(Terre des hommes )
  « J’ai toujours aimé le désert. On s’assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n’entend rien.
Et cependant quelque chose rayonne en silence…
 « 

(Le Petit Prince)

Lui, qui s’est perdu dans les sables du désert, qui a créé  le Petit prince, qui lui a dessiné un mouton, qui a eu la passion des avions, qui a créé des outils de mesure, de contrôle, de repérage, les pilotes et leurs passagers endormis dans le confort des vols transatlantiques ne savent sans doute pas que, à sa manière, il veille sur eux…

« …Et s’il vous arrive de passer par là, je vous en supplie, ne vous presser pas, attendez un peu juste sous l’étoile ! Si alors un enfant vient à vous, s’il rit, s’il a des cheveux d’or, s’il ne répond pas quand on l’interroge, vous devinerez bien qui il est. Alors soyez gentils ! Ne me laissez pas tellement triste:
écrivez-moi vite qu’il est revenu… »

 

  « …Si je suis descendu, je ne regretterai absolument rien.
La termitière future m’épouvante. Et je hais leur vertu de robots.

Moi, j’étais fait pour être jardinier. « 

Lettre à Pierre Dalloz, 30 juillet 1944

dessin trouvé sur la toile, auteur ?

1 réflexion au sujet de “Passeur d’étoiles…”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s