paul Valéry

*La crise de l’esprit…

 

Enlevementdeurope
Félix Vallotton ,1908
Enlèvement d’Europe

J’ai relu, actualité oblige, Paul Valéry qui  parle de L’Europe 
lors d’une conférence donnée à l’Université de Zurich le 15 novembre 1922.

« L’orage vient de finir, et cependant nous sommes inquiets, anxieux, comme si l’orage allait éclater. Presque toutes les choses humaines demeurent dans une terrible incertitude. Nous considérons ce qui a disparu, nous sommes presque détruits par ce qui est détruit ; nous ne savons pas ce qui va naître, et nous pouvons raisonnablement le craindre. Nous espérons vaguement, nous redoutons précisément ; nos craintes sont infiniment plus précises que nos espérances ; nous confessons que la douceur de vivre est derrière nous, que l’abondance est derrière nous, mais le doute et le désarroi avec nous. Il n’y a pas de tête pensante si sagace, si instruite qu’on la suppose, qui puisse se flatter de dominer ce malaise, d’échapper à cette impression de ténèbres, de mesurer la durée probable de cette période de troubles dans les échanges vitaux de l’humanité…

…Je veux dire que l’homme est incessamment et nécessairement opposé à ce qui est par le souci de
ce qui n’est pas ! et qu’il enfante laborieusement, ou bien par génie, ce qu’il faut pour donner à ses rêves la puissance et la précision mêmes de la réalité, et, d’autre part, pour imposer cette réalité des altérations croissantes qui la rapprochent de ses rêves….

 

…L’Europe se précipite hors d’elle-même ; elle part à la conquête des terres. La civilisation renouvelle les invasions primitives dont elle inverse le mouvement. L’Europe, sur son propre sol, atteint le maximum de vie, de la fécondité intellectuelle, de la richesse et de l’ambition.

Cette Europe triomphante qui est née de l’échange de toutes choses spirituelles et matérielles, de la coopération volontaire et involontaire des races, de la concurrence des religions, des systèmes, des intérêts, sur un territoire très limité, m’apparaît comme un marché où toutes bonnes choses et précieuses sont apportées, comparées, discutées et changent de mains.
C’est une Bourse où les doctrines, les idées, les découvertes, les dogmes les plus divers, sont mobilisés, sont cotés, montent, descendent, sont l’objet des critiques les plus impitoyables et les engouements les plus aveugles….

Notre Europe, qui commence par un marché méditerranéen, devient  ainsi une vaste usine ; usine au sens propre, machine à transformations,mais encore usine intellectuelle incomparable…

…Enfin, cette Europe peu à peu se construit comme une ville gigantesque.
Elle a ses musées, ses jardins, ses ateliers, ses laboratoires, ses salons… 
…Elle est assez petite pour être parcourue en un temps très court, qui deviendra bientôt insignifiant. Elle est assez grande pour contenir tous les climats ; assez diverse pour présenter les cultures et les terrains les plus variés.
Au point de vue physique, c’est un chef-d’œuvre de tempérament et de rapprochement des conditions favorables à l’homme.
Et l’homme y est devenu l’Européen… »

 

Paul Valéry, in Variété I 
*La crise de l’esprit
Folio essais 327