Albert Camus

C’était le naufrage…

 

Voile
Roman.

« A ces moments-là, les yeux fermés, il recevait le choc du plaisir comme un voilier soudain abordé dans la brume et frappé à la coque à la quille et tout en lui retentit sous le choc depuis le pont jusqu’à la misaine et aux milles cordages et nervures des extrémités du navire qui tremble alors longuement jusqu’au moment de se renverser avec lenteur sur le flan.
Ensuite, c’était le naufrage. »

Albert Camus
Carnets III, Cahier VII, 1951


crédit photo: blog Maryloooouuu

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s