Albert Camus

Pour en revenir à la lune…

 


Pleine lune d'aout56357915_p



-Ce vernis ne vaut rien.
Mais pour en revenir à la lune, c’était pendant une belle nuit d’août, elle a fait quelque façon.
J’étais déjà couché. Elle était d’abord toute sanglante, au-dessus de l’horizon.
Puis elle a commencé à monter, de plus en plus légère, avec une rapidité croissante.
Plus elle montait, plus elle devenait claire.
Elle est devenue comme un lac d’eau laiteuse au milieu de cette nuit pleine de froissements d’étoiles.
Elle est arrivée alors dans la chaleur, douce, légère, et nue.
Elle a franchi le seuil de la chambre et avec sa lenteur sûre, est arrivée jusqu’à mon lit,
s’y est coulée et m’a inondé de ses sourires et de son éclat.
-Décidément ce vernis ne vaut rien.
Mais tu vois Hélicon, je puis dire sans me vanter que je l’ai eue.

Albert Camus,Caligula, Acte III,3

pleine lune d’août
Cap Sounion
(photo trouvée sur la toile, auteur ?)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s