citations

Cadeaux de la vie…

 

   Voiture79ideas_christmas_time

Je vous souhaite de souhaiter.
Je vous souhaite de désirer.
Le bonheur c’est déjà vouloir.
Comme en droit pénal, l’intention vaut l’action.
Le seul fait de rêver est déjà très important.
Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns.
Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier.
Je vous souhaite des passions.
Je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants.
Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence, aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite surtout d’être vous. » 

Jacques Brel

Ce texte extrait d’une interview, donnée le 1er janvier 1968 sur Europe 1,
Jacques Brel y avait improvisé des voeux de nouvelle année.
Il a été publié par les éditions Jacques Brel.
Il trouve toute sa place en cette période où à notre tour nous allons présenter dans quelques jours,
nos voeux pour l’année nouvelle.

crédit photo 79idéas

"Double je"

D’un coin d’une si belle planète…

 

Les-alpes-vu-du-grand-ventron-6f4138fc-eb1c-41bb-a107-725c6ba4360e


Période de fêtes, de rencontres, de vœux !
Le sapin décoré,quelques bougies, de la musique, des fleurs, le décor de Noël est en place en attendant la veillée. 
Image carte postale…
D’un coin d’une si belle planète dénommée terre,de ma fenêtre  je vois la campagne environnante et la ligne bleue des Vosges. 
J’aime à vous imaginer lecteurs et amis de ce blog au même moment, les uns voyant la mer, les autres les quais de Seine et les tours de Notre Dame, d’autres les calanques de l’Estaque, la rade de Toulon, la baie de Nice, la plage de la  Chambre d’amour à Anglet, les paysages d’Aix, du Lubéron,de la Drôme, les landes bretonnes, la mer du Nord, les bocages normands, le plat pays cher à Brel, les sommets enneigés des Pyrénées, des Alpes, les flamants de Camargue, les vignes de Gruissan, les terres de Bourgogne, de Franche Comté et de l’Orléanais.
Pour certains des horizons plus lointains, aux antipodes, pour d’autres la proximité du désert,
et d’autres encore qui ne sont qu’un point quelque part sur le globe.
Merci pour vos visites, vos mots .
Toutes mes pensées vont vers vous !

 

 Vosges vue sur les Alpes 

Albert Camus

Pour en revenir à la lune…

 


Pleine lune d'aout56357915_p



-Ce vernis ne vaut rien.
Mais pour en revenir à la lune, c’était pendant une belle nuit d’août, elle a fait quelque façon.
J’étais déjà couché. Elle était d’abord toute sanglante, au-dessus de l’horizon.
Puis elle a commencé à monter, de plus en plus légère, avec une rapidité croissante.
Plus elle montait, plus elle devenait claire.
Elle est devenue comme un lac d’eau laiteuse au milieu de cette nuit pleine de froissements d’étoiles.
Elle est arrivée alors dans la chaleur, douce, légère, et nue.
Elle a franchi le seuil de la chambre et avec sa lenteur sûre, est arrivée jusqu’à mon lit,
s’y est coulée et m’a inondé de ses sourires et de son éclat.
-Décidément ce vernis ne vaut rien.
Mais tu vois Hélicon, je puis dire sans me vanter que je l’ai eue.

Albert Camus,Caligula, Acte III,3

pleine lune d’août
Cap Sounion
(photo trouvée sur la toile, auteur ?)

Ecrire

A fleur de peau…

 

01_serge-lutens-fragrances-collection

Des notes qui montent crescendo, un accord qui vibre pianissimo,
une partition  de pure émotion, parfum à fleur de peau, source de rêves
et de douceurs caressantes comme un velours imaginaire.
Notes sucrées de la framboise, vibration de la vanille,
notes pétillantes et légères des agrumes,
notes stridentes des épices, noix de muscade et poivre rose,
sons graves des bois de santal, vétiver et patchouli.
Emotions imprévisibles, magiques, promesses de sensualité dans un élan de partage.
Fraîcheur et rondeur aux rythmes envoûtants de l’encens, effluves de miel tendre,
partitions de parfums aux noms magiques,
accords imaginaires, majestueux, vivants, vibrants.
Envolée musicale de pure émotion,parfum à fleur de peau.

réflexions

Eloge de la fuite…

appel

Quand il ne peut plus lutter contre le vent et la mer pour poursuivre sa route, il y a deux allures que peut encore prendre un voilier : la cape (le foc bordé à contre et la barre dessous) le soumet à la dérive du vent et de la mer, et la fuite devant la tempête en épaulant la lame sur l’arrière avec un minimum de toile. La fuite reste souvent, loin des côtes, la seule façon de sauver le bateau et son équipage.
Elle permet aussi de découvrir des rivages inconnus qui surgiront à l’horizon des calmes retrouvés.
Rivages inconnus qu’ignoreront toujours ceux qui ont la chance apparente de pouvoir suivre la route des cargos et des tankers, la route sans imprévu imposée par les compagnies de transport maritime.

Vous connaissez sans doute un voilier nommé « Désir ».

Henry Laborit (in « Eloge de la fuite » – Ed. Folio / Essais)