Livres

Rentrée littéraire…

Rentrée littéraire…

Préambule:

Lors d’un salon du livre dans ma région il y a plus de 15 ans, j’ai rencontré l’écrivain Louis Philippe Dalembert. Sa pile de livres voisinait avec celle d’un ami journaliste et écrivain. Tous deux avaient séjourné à la Villa Médicis à Rome. Les présentations furent faites.
J’ai dévoré « L’autre coté de la mer » qu’il présentait ce jour-là et les livres suivants. Mon plaisir de lecture est resté intact, à chaque nouveau roman je replonge dans l’univers de cet auteur avec le même enthousiasme.
Aussi cette année qu’elle ne fut ma joie et ma grande surprise de recevoir de l’auteur en avant première dès juillet « Ballade d’un amour inachevé » livre programmé pour sa sortie le 29/08.
J’ai tenu ma promesse de ne pas en parler avant cette date, j’ai même pris du retard.

 Téléchargement

Une fois encore ce livre m’a touchée. Cette « Ballade d’un amour inachevé » (quel beau titre) revisite les séismes de l’Aquilla et d’Haïti (pays de naissance de l’auteur). 
J’ai aimé la manière dont est raconté l’histoire d’Azaka, ce roman où se mélangent la vie et la mort, la difficulté d’être un étranger, d’avoir une couleur de peau différente, d’être un « extracom » dans ce village des Abruzzes, la joie de ce jeune couple mixte qui attend l’arrivée de leur premier enfant, les tensions exacerbés par les secousses de cette terre qui tremble et font remonter les souvenirs enfouis. De la  » respiration première à la respiration finale « , (titres des chapitres)  entre chronique et commedia dell’ Arte, l’humour et la force de vie dominent tout au long du roman.

Extraits : 

As-tu senti ? Inlassable litanie pour conjuguer l’angoisse…

…Azaka aussi avait senti. Sans doute pas la même chose que les autres. IL avait senti comme une mémoire qu’il aurait surprise ou qui se serait fait oublier, ombre dans l’ombre tapie, le temps et l’espace complices. Il avait senti une antique peur, pareille à celle de cette époque lointaine…

…Longtemps après, lorsque les douleurs seraient refermées, que les survivants raconteraient l’évènement sans que l’émotion vint leur nouer la gorge…

Mon émotion était palpable lorsque j’ai quitté la dernière page de cette 
« Ballade d’un amour inachevé  » de Louis-Philippe Dalembert
Editions Mercure de France.