Livres, réflexions

Plénitude…

 […]Une fois de plus, j’ai côtoyé une vérité que je n’ai pas comprise.
Je me suis cru perdu, j’ai cru toucher le fond du désespoir et,
une fois le renoncement accepté, j’ai connu la paix.
Il semble à ces heures-là que l’on se découvre soi-même
et que l’on devienne son propre ami.
Plus rien ne saurait prévaloir contre un sentiment de plénitude qui satisfait en nous
je ne sais quel besoin essentiel que nous ne connaissions pas[…]

[…]L’essentiel, nous ne savons pas le prévoir[…]

[…]Que savons-nous, sinon qu’il est des conditions inconnues qui nous fertilisent ?
Où loge la vérité de l’homme ?
La vérité, ce n’est point ce qui se démontre. Si dans ce terrain, et non dans un autre,
les orangers développent de solides racines, et se chargent de fruits,
ce terrain-là c’est la vérité des orangers.
Si cette religion, si cette culture, si cette échelle des valeurs,
si cette forme d’activité et non telles autres, favorisent chez l’homme cette plénitude, délivrent en lui un grand seigneur qui s’ignorait, c’est que cette échelle des valeurs,
cette culture, cette forme d’activité, sont la vérité de l’homme.
La logique ?
Qu’elle se débrouille pour rendre compte de la vie[…]

Antoine de Saint-Exupéry , in Terre des hommes
p, 158/159 folio 21

5 réflexions au sujet de “Plénitude…”

  1. En regardant bien au fond de soi-même, on finit toujours par voir quelque chose…
    La plénitude, ce grand manteau qui nous enveloppe et nous protège…
    Aussi de nos craintes…

    quelques petits problèmes d’internet,
    alors… avec un peu d’avance sur le calendrier,
    bonne fête à vous Charles…

    J'aime

  2. Peut être simplement la célébration de l’instant ?…
    Ce qui n’était pas forcément prévu, qui n’est pas forcément du….
    ni acquis… Inch »Allah!!

    ( Une belle impression en écho, d’un certain malheur d’espérer ?

    http://krystynaetsesdadas.free.fr/Anthologie/Textes/Auteurs/FrancoiseGiroud.htm

    Bon vent…celui qui donne leur force aux racines !!

    Amx
    bel écho en effet que les mots de Giroud…
    même un olivier a pris racine au jardin…
    les branches du cèdre par grand vent cèdent…

    J'aime

  3. Quel beau texte, si VRAI. Oui, ce qui nous ressource et nous fertilise nous échappe le plus souvent, d’autant plus que cela part parfois (souvent) d’évènements douloureux. C’est seulement plus tard, avec du recul, que l’on en prend pleinement conscience.
    Pour ma part, je vois la vérité comme un joyau, lumineux et secret, caché au plus profond de notre être, et de nous même inconnu si on ne s’y penche pas.

    je tiens à réparer mon oubli, celui de vous souhaiter la bienvenue dans mon monde…

    J'aime

  4. Jamais complètement seul avec soi-même, à la découverte de la « plénitude », avec beaucoup de « bravitude »…

    la bravitude n’est pas de mise, cela se fait naturellement..

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s