voyages...Escapades

Villa Livia…

Roger Mühl, Bord de mer ,1982

Dans quelques jours je vais résider au bord de la Méditerranée dans une maison qui porte le beau nom de Villa Livia…
Ce nom qui évoque pour moi tous mes voyages autour de cette Méditerranée si chère à mon cœur et à laquelle je suis attachée depuis l’enfance.
La maison,quatre murs, un toit, une porte s’ouvrant sur l’extérieur, des fenêtres pour voir, cette peau de pierre se confondant avec la mienne.
Villa Livia, cette maison parle d’Italie, de Grèce, de Sicile, d’Algérie, de Tunisie, du Maroc, de Turquie, la révélation de l’antiquité, de la campagne toscane, romaine, des temples et ruines d’Agrigente, du Cap Sounion ,d’El Djem, de Volubilis, d’Ephèse, de Tipaza ,de Timgad, d’Ampurias et tant d’autres, d’un coucher de soleil à Carthage, à Syracuse, à Capri.
Toutes ces merveilles se sont imposées à moi, elles forment une image ressemblante à ma quête, plus émouvante à certaines heures.
Un mot, une association, et l’esprit vagabonde entre passé et présent, moment où je me trouve face à moi-même.
“ La maison dans la vie de l’homme  évince des contingences, elle multiplie ses conseils de continuité ” (Bachelard) et me pousse, où que je sois, par ses murs rassurants, à aller toujours plus loin, en moi et hors de moi.

3 réflexions au sujet de “Villa Livia…”

  1. Moi, ce que je te souhaite c’est un très agréable séjour dans la villa Livia ! C’est tout et c’est déjà beaucoup !
    Je t’imagine….. là-bas…..

    j’ai hâte d’y être, j-3…merci pour tes souhaits

    J'aime

  2. Les dernières lignes, Elisanne, retiennent toute mon attention et Legranch a raison de rebondir et dire que dans certains murs, on se sent aussi prisonnier. Je souhaite si tu me le permets, reprendre ce dernier paragraphe signé Bachelard dans le cadre d’un billet chez moi – quand je l’ignore – sur cette maison où je vis et que j’ai vraiment hâte de quitter. Bises
    Le tableau est superbe et le nom de cette villa me fait penser à ce film (et livre de Pascal Quignard) Villa Amalia qui m’a beaucoup émue.

    c’est vrai impossible de ne pas évoquer Quignard…et le film aux paysages superbes de Capri…
    j’ai rencontré ce peintre lors de plusieurs de ses expos, hélas je n’ai pu m’offrir que deux lithos …
    La maison de son enfance c’est elle qui est évoquée…

    J'aime

  3. Il est des murs où l’on se sent prisonnier ou en sécurité…
    Mais tout celà n’est rien si l’on n’a pas vu le clair de lune à Maubeuge…

    j’ai pas vu le clair de lune à Maubeuge…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s