"Double je"

Il faisait chaud…toi aussi tu as choisi l’été…

C’était un 29 juin…

 

Un coup de téléphone de l’hôpital m’annonce que c’est la fin, j’accours, je suis près de toi, tu n’as plus la force de parler, je te prends la main, je sens tes doigts serrer faiblement les miens, un dernier souffle, tu viens de me quitter.
Tu as été mon premier amour, celui dont je ne me suis jamais tout à fait guérie, tu as guidé mes premiers pas dans la vie, je te croyais invulnérable, tu ne m’as pas aimé comme je l’aurais souhaiter, je ne savais pas encore que l’on aime comme on peut, tu es parti me laissant seule avec mon chagrin, j’attendais de toi des mots douceur ce furent des mots douleur, tu as laissé une énorme cicatrice dans mon cœur, parfois j’ai du mal à te pardonner et pourtant je t’aime encore, toi mon père.