architecture

Vase de silence…


Chapelle « Notre Dame du haut » Le Corbusier

Une chapelle ? Un vase de silence, de douceur.
Un désir : oui !
Par le langage de l’architecture atteindre aux sentiments ici évoqués.
Oui, de l’architecture seule.
Car l’architecture est la synthèse des arts majeurs.
L’architecture est forme, volumes, couleur, acoustique, musique.
Trois temps de cette aventure;

1
S’intégrer au site ;

2 Naissance « spontanée »(après incubation) de la totalité de l’ouvrage, en une fois,d’un coup ;
3 La lente exécution des dessins, du dessein, des plans et de la construction même ; et

4 L’ouvrage achevé, la vie est impliquée dans l’œuvre, totalement engagée dans une synthèse
des sentiments et des moyens matériels de réalisation.

Il me reste encore une idée pour parachever Ronchamp : c’est que la musique vienne automatique émanent de la chapelle à des heures régulières et s’adressant,au-dedans comme au dehors, à l’auditoire inconnu éventuel.
Pas une minute je n’ai eu l’idée de faire objet d’étonnement.

Ma préparation ?
Une sympathie pour autrui, pour l’inconnu, et une vie qui s’est écoulée dans les brutalités de l’existence, les méchancetés, l’égoïsme, les lâchetés, les trivialités mais autant de gentillesse, de bonté, de courage, d’élan, de sourire, de soleil, de ciel.
Et un choix résultant : le goût, le besoin du vrai.
Ronchamp ?
Contact avec un site, situation dans un lieu, éloquence du lieu, parole adressée au lieu. Aux quatre horizons.

Le Corbusier

« Sur la colline de Ronchamp tel un navire « Notre Dame du haut » regarde fièrement les quatre horizons. Elle commande la plaine de la Saône à l’ouest,
la chaîne des Vosges à l’est,et deux petites vallées au sud et au nord.
Ces paysages sont une présence,ce sont les hôtes. « 

La décision de l’Unesco a lieu en principe aujourd’hui pour l’inscription de  « Notre Dame du haut » « au patrimoine mondial.