peinture...photographie...art...

Invitation au voyage…

 

A défaut de pouvoir voyager en ce moment alors que la grande bleue m’attend,
( m’attendait), je fais le plein d’escapades virtuelles , rêvées ou vécues.
Je viens de recevoir au courrier  la revue  Connaissance des arts , ce mois elle nous invite aux plus belles expos de l’Eté et la couverture représente avec éclat  la toile
d’ Albert Marquet  qui est à elle seule une invitation au voyage…

« La citadelle à Tanger », toile exposée dans « Orientalisme » à Marseille jusqu’au 28 août.
Rien que pour cela j’aimerais prendre la route vers la «  Cité radieuse  »
Quelques minutes plus tard…
J’ai fait un voyage fabuleux, après une traversée au départ d’Algeciras me voilà à Tanger. Ville mythique, entre Europe et Afrique, où sous un ciel sans cesse balayé par le vent du détroit de Gibraltar, la lumière est reine, où le murmure de la ville s’écoute entre lumière et ombre, se lit à travers les textes de Paul Bowles, se regarde avec la troublante sensualité orientale fantasmée des peintres  du XIXè et début du XXème siècle, se hume et se grise aux épices, parfums, cris et couleurs, invite à prendre un thé  sur la falaise, au « café Hafa«  sur la terrasse d’où la vue plonge à la rencontre de deux géants, la Méditerranée et l’Atlantique…

Grâce au tableau de Marquet  je viens de faire un voyage fabuleux dans les souvenirs.

5 réflexions au sujet de “Invitation au voyage…”

  1. C’est l’Art du peintre, ou l’essence de la Peinture de ne donner, dans un tableau, que le canevas sur lequel notre esprit, notre cerveau, notre mémoire vont broder.
    Les « sacrifices », qui sont autant d’occasions anecdotiques qui n’apparaitront pas dans le tableau, en font un élément qui tend à l’Universel !

    Cette rue écrasée de lumière et d’ombre ne sera un moment de la sieste , rituel de tout après midi marocain, que pour celui qui a déjà sacrifié à ce rythme…

    Mais ce peut être aussi bien un retour pénible , et chargé, du souk , si on partage le moment de la silhouette qui grimpe à l’ombre…

    Les « voyages » de Marquet ont ce génie communicatif…celui de l’Art !

    Bon vent…celui qui, dans quelques heures, rafraîchira la rue…

    Amx,
    Votre commentaire m’inspire…
    Je continue ma promenade dans cette ville entre mer et montagne, blanc et bleu, Europe et Afrique, grandeur et décadence,mais dont le charme est immédiat. Je déambule dans les couleurs de Delacroix, la lumière de Matisse ,dans les pas de Marquet, Camoin, et les mots de Kessel, Morand, Genet, Bowles, et vous invite juste après la sieste à déguster un thé brûlant face à la mer en pensant à cette phrase de Camus « Créer, c’est vivre deux fois »

    Bon vent !

    J'aime

  2. Les plus beaux voyages ne sont-ils pas finalement ce que l’on fait en rêve ?

    On dirait les petites ruelles, toutes de bleu et blanc vêtues, de SIDI BOU SAID…il ne manque plus, au détour d’une ruelle, que la silhouette d’un enfant portant des bouquets de jasmin ou de menthe fraîche…ça sent bon l’été !

    Christine,

    Tanger est plus difficile d’approche, moins de touristes, pour moi elle reste l’image du début du film « Un thé au Sahara » adapté du roman de Paul Bowles et le souvenir d’un voyage en été

    J'aime

  3. Quand je voyage dans ma tête, j’ai l’impression de faire un geste pour la planète
    Au Bourget, des avions de plus en plus gros
    Merci Elisanne, miriampanigel, pour vos mots, photos, tableaux, vidéos
    En voyageant avec vous, je n’ai pas mal au dos
    « Quand je vais dire ça à ma femme… »… elle va en faire une tête…

    sourire… attention elle va vous faire voyager jusqu’au jardin pour y ramasser les mauvaises herbes !!!

    J'aime

  4. Très belle invitation en image, je vous en propose une en poésie : ithaque de Cavafy!

    je suis allée à la découverte de Cavafy… bienvenue et merci…

    « […]Garde sans cesse Ithaque présente à ton esprit. Ton but final est d’y parvenir, mais n’écourte pas ton voyage: mieux vaut qu’il dure de longues années et que tu abordes enfin dans to île aux jours de ta vieillesse, riche qu’Ithaque t’enrichisse.
    Ithaque t’a donné le beau voyage: sans elle, tu ne te serais pas mis en route. Elle n’a plus rien d’autre à te donner.
    Si tu la trouves pauvre, Ithaque ne t’a pas trompé. Sage comme tu l’es devenue à la suite de tant d’experiences, tu as enfin compris ce que signifient les Ithaques. »

    Constantin Cavafy
    Traduit par Marguerite Yourcenar et Constantin Dimaras.

    J'aime

  5. oh merci élisanne pour ce voyage avec « les fauves »…il ne manque rien je sens la fleur d’oranger j’entends tout je vois tout …nous sommes sur un tapis volant toutes voiles au vent ….heureusement qu’il y a le rêve !

    Hélène,
    au moment d’écrire j’y étais vraiment, souvenir vécu d’un beau voyage…rencontre de la Méditerranée et de l’Atlantique, du bout de l’Europe et de L’Afrique

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s