citations

Ne pas savoir…

On arrive vierge à tous les évènements de la vie.
J’ai peur de ne pas savoir m’y prendre avec ma Douleur.

Marguerite Yourcenar

crédit photo Alain Rio

27 réflexions au sujet de “Ne pas savoir…”

  1. merci à vous pour vos sourires…
    je ne déteste pas les sens interdits et enfoncer des portes ouvertes…
    en rêveuse que je suis.
    C’est vrai que casser les pieds change de casser la voix !

    Que nous réserve la suite…courage, fuyons, exercice difficile avec mes vieilles charentaises que m’a suggéré de mettre le médecin des urgences.

    Bon samedi !

    J'aime

  2. Tout juste High Noon, le bon sens du poète a toujours raison, mais rêveur et tête en l’air, attention aux réverbères !

    Bonne journée au soleil ou sous la pluie… ici c’est gris… souris…

    Une façon de me rassurer, car comme au super-marché, nous avons tous une épée de dame aux caisses sur la tête, et une peau de banane sous le pied…

    J'aime

  3. Legranch a dit
    «  »Il vaut mieux prendre la vie par le bon bout qu’une rue en sens interdit. » »

    Mais ce n’est pas exclusif …
    Et puis si le Code de la Route dit ;  » sens interdit sauf riverains « ,
    Celui des poètes dit  » Sens interdit sauf rêveurs hein !!! » »
    Bonne journée …

    J'aime

  4. HIgh Noon et Charles ont raison Elisanne , lève le pied et prends soin de toi, car, si ton but ultime est d’être là pour les autres, tu ne pourras pas le faire sans penser à toi, sans passer par toi…
    Dans la course folle que la vie nous impose, nous avons parfois tendance à nous oublier nous-mêmes et là, le corps nous rappelle à l’ordre…
    Je pense à toi.
    Courage ! la lumière n’est pas loin…

    J'aime

  5. Le corps parle et raconte la vie de l’ âme ;
    Tous ces  » ennuis  » vous cassent les pieds , alors que vous vous voudriez franchir une porte .
    Vous franchirez la porte quand ce sera le moment .
    Accepter le présent , sans s’ y soumettre , c’est souvent la règle qui nous est imposée .

    J'aime

  6. oh ! élisanne soyez certaine que ce ne sont pas mes étoiles….
    voilà le corps qui s’exprime….écoutez charles et sa grande sagesse…
    ….je pense fort à vous et vous embrasse

    J'aime

  7. Parfois notre corps ou bien les évênements nous apprennent à « lever le pied », surtout quand il est nu, bon là c’est raté…
    Très douloureux en effet, de quoi voir « 36 chandelles » et on ne parle pas d’une vieille émission de télé présentée par Jean Nohain, (si mes souvenirs sont bons ?), doigt de pied et de main j’ai eu, ça fait très très mal !
    Alors Elisanne, encore une fois il faudra prendre « votre mal en patience » et par la même occasion bien soin de vous…
    Courage, courage, courage, heureusement, vous avez Pauline…

    J'aime

  8. Bonjour,

    Quand rien ne va, rien ne va…
    Après avoir vu 36 étoiles…me voilà à mon tour dans l’incapacité de conduire, et même de marcher normalement, je vais aux urgences, (avec chauffeur, ma petite -fille Pauline) je pense avoir cassé le petit orteil en me cognant au chambranle d’une porte…Mais pourquoi cette habitude de marcher pieds nus ?
    Ca ne pouvait pas tomber plus mal…

    Bonne journée à vous, meilleure que la mienne !!!

    J'aime

  9. Bonjour Elisanne,

    Quand tout devient si difficile, nous avons le droit d’être las
    C’est bien d’être toujours là pour eux et pour nous
    Moi aussi je pense à vous, et je ne vous oublie pas…

    merci Charles

    J'aime

  10. Bonjour,

    Juste un petit mot pour vous dire qu’ici la vie suit son cours à un rythme plus que lent, pas d’amélioration, j’organise les journées en fonction de mon malade, je ne chôme pas, la maison est exigeante plus le jardin, j’ai du mal à y arriver, et l’imagination me fuit, trop de soucis et de fatigue.
    Je ne vous oublie pas…

    J'aime

  11. Quand tu plonges tes yeux dans mes yeux,
    Je suis toute dans mes yeux.
    Quand ta bouche dénoue ma bouche,
    Mon amour n’est que ma bouche.
    Quand tu frôles mes cheveux,
    Je n’existe plus qu’en eux.
    Quand ta main effleure mes seins,
    J’y monte comme un feu soudain.
    Est-ce moi que tu as choisie ?
    Là est mon âme, là est ma vie.

    [Charles van Lerberghe]

    J'aime

  12. Je suis la douleur, Elisanne. Posez tout sur moi, je porte. Pour l’éternité, le fardeau de tous les autres. Je suis les péchés du monde. Respirez, à son rythme, tout simplement. Rien d’autre n’a d’importance, que ceux que vous aimez.
    Je vous espère un lundi tout en douceur … Elisanne,
    Natali

    J'aime

  13. Merci Elisanne, gardez courage, reposez-vous aussi comme vous le pouvez.

    Pour les vannes il doit bien y avoir un dégrippant, prendre le temps de laisser agir le produit, et puis elles finiront bien par s’ouvrir… s’ouvrir, et un jour le sourire reviendra…

    Mes « vannes » aussi sont un peu grippées… le temps ?

    J'aime

  14. Bonjour,

    Ici pas de pont, la question ne se pose même pas. Je profite d’un moment de répit pour venir vous faire ce petit coucou.
    Pas un bruit dans la maison, elle dort et moi je me rends compte qu’il y a un tas de choses que je ne sais pas faire , comme nettoyer le filtre de la pompe de la piscine entre autre,je n’ai pas la force de fermer et d’ouvrir les vannes, et quand rien ne va tout se complique.
    Un peu le moral en berne, ne pas voir d’amélioration, vivre au rythme qui n’est pas le mien, j’aimerais tant pouvoir rire…mais je suis lasse…

    Bonne fin de pont à vous…

    J'aime

  15. En effeuillant la marguerite, il arrive de temps en temps que l’on tombe sur « passionnément »…

    Le chemin le plus long ou le plus court, mène toujours à un pont pour passer, un banc pour se reposer… une fleur à cueillir, un sourire à donner, un mot à offrir, un coeur à aimer…

    Bon dimanche… même si… un jour comme les autres…

    J'aime

  16.  » Quand on aura allégé le plus possible les servitudes inutiles,
    évité les malheurs non nécessaires,
    il restera toujours, pour tenir en haleine les vertus héroïques de l’homme,
    la longue série des maux véritables, la mort, la vieillesse,
    les maladies non guérissables, l’amour non partagé, l’amitié rejetée ou trahie,
    la médiocrité d’une vie moins vaste que nos projets et plus terne que nos songes.  »

    de la même grande, très grande, Marguerite Y.
    Bises, Elisanne.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s