Cinéma

Le monde du désir…

 

festival-cannesimg038.1305020520.jpg

C’était la période des starlettes, des voitures décapotables, des bikinis…c’était Cannes et le monde du cinéma.
Je me souviens de ma première fois, (seule et unique fois) j’accompagnais ma grand’mère et ma tante, j’étais une petite fille qui comme toutes les petites filles de mon âge rêvait de robe de princesse, pas encore de prince charmant, j’étais encore à la période des  » Heidi « ,  mais confusément en voyant ces acteurs et actrices je sentais que j’entrais dans un autre monde.

Ma passion pour le cinéma ne s’est jamais tarie, j’aime le temps d’un film voir le monde à travers les yeux d’un personnage, à travers son regard je rentre dans le monde de son désir. Un voyage dans le désir d’un autre, un film comme voyage ,d’où je reviens plus riche de désir.
Le cinéma cet art du mouvement, le, les personnages se mettent en mouvement vers un but à atteindre ou pas,dont les séparent maints obstaclesmais qui vaut de se risquer et moi spectatrice de les suivre le temps d’un film. Alors me prend le vertige, une quête d’émotions, le temps d’un désir, l’âme en mouvement.

(réflexion après une lecture d’Ollivier Pourriol  « Cinéphilo »
et vos commentaires parlant de cinéma…)

5 réflexions au sujet de “Le monde du désir…”

  1. Bonjour vous deux et merci pour cet échange.

    En effet dommage que d’autres voix ne soient venues elles aussi partager ,
    mais la réalité d’un blog c’est cela, des allées et des venues, des départs, des retours…
    Continuons à parler cinéma !
    J’aimerais pouvoir aller au cinéma à chaque sortie des films qui m’intéressent, mais hélas ce n’est pas possible, alors j’attends la sortie des films en « blu ray » où sur Canal, je m’installe confortablement sur le canapé à la manière des romains en face de mon grand écran, image et son comme au cinéma (hé oui j’ai investi ,même le caisson de basse ne manque pas) et je pars pour ce voyage que m’offre le film.
    Mais c’est vrai cela ne vaut tout de même pas la salle de cinéma et tout le mythe qui s’y rattache.

    Aujourd’hui encore je vais parler d’un film que j’ai aimé et dont les images sont encore dans ma mémoire. Il me prend l’envie soudaine de le revoir.

    Bonne journée…

    J'aime

  2. Merci Christine, je me sentais un peu seul dans la salle vide, heureusement vous êtes arrivée…
    Contrairement à vous, je vais très peu souvent au cinéma depuis déjà trop longtemps. J’ai quand même vu « Les ailes du désir », mon souvenir, un très beau film, un peu déroutant… Pas vu « Pina » mais d’après l’extrait, sans doute magnifique… Certains cinéastes sont de grands magiciens, à voir si l’occasion se présente.
    Mes meilleurs souvenirs de cinéma sont ceux de l’enfance, au temps des « Cinéma Paradisio » de quartiers, à Paris et partout en France.
    Il y avait aussi les très grandes et très belles salles au décor très « Hollywoodien » de ces années 50′ 60’…
    C’est bien de pouvoir encore aller voir des bons films dans des vieux ‘cinoches’, ça doit sentir la bonne odeur chaude des velours, des lampes, de l’encaustique, des bonbons acidulés de ‘la Pie qui chante’, du chewimgum, de la brillantine ‘Roja’…
    Pour revenir à Tati, j’ai tout aimé… peu de films, mais quel bonheur !
    Et pour Elisanne, « Le facteur sonne toujours deux fois », une intrigue policière invraisemblable et d’une sensualité et perversité à couper le souffle, avec bien sûr la magnifique Lana Turner…
    (Ne dit-on pas que lorsqu’une femme vous trompe, il faut bien voir qu’il y a toujours plusieurs facteurs…)
    Ce serait bien si « anebleu » et d’autres, nous disent ce qu’ils pensent du « Monde du désir… ».
    En tous les cas, je pense que c’est un superbe sujet d’évocation de souvenirs…

    Et si après le grand film, on allait dormir ? Bonne nuit, faites de beaux rêves… !

    J'aime

  3. C’est TRUFFAUT qui disait « le cinéma, c’est la vie en mieux »…
    J’adhère mille fois Elisanne à ta jolie définition de ce monde du dézzzirrr ! …
    Je ne peux pas m’en passer, j’y vais en moyenne 2 fois par semaine… Je suis adhérente dans un vieux cinéma (dans le vieux Bayonne..) qui s’appelle l’ATALANTE, sorte de « dinosore cinématographique », où le film commence à l’heure dite, sans écran PUB racoleur, les fauteuils sont recouverts de velours rouge et le plancher est de guingois, on entend le bruit de la bobine qui gentiment se déroule pour notre plus grand plaisir (Cinéma Paradiso en vrai !)
    Mon ultime immense émotion fut lors du FILM « PINA » de WIM WENDERS :
    ici un trop bref aperçu :

    Il n’y pas de mots pour dire les émotions ressenties.
    Bande-son magnifique.Film somptueux.
    Courez-y vite, pas besoin d’éducation-danse pour apprécier, il faut juste des yeux (2D ou 3D incroyable !), des oreilles et surtout un coeur qui se laisse prendre..
    Bonne séance et belle fête du cinéma à tous.

    J'aime

  4. Le cinéma, au début c’est comme pour l’automobile, il y avait la manivelle…
    Le cinéma, c’est des gens qui montre la vie à des gens qui payent pour la voir.
    Le cinéma, un désir délicieux quand la lumière s’éteint et que le lion rugit…
    Le cinéma à deux, c’est quand on ne voit pas toute l’histoire et que l’on a du rouge à lèvres sur la figure…
    Le cinéma, c’est tout ce que l’on a vu mais que l’on a pas fait…

    Rire ou pleurer au cinéma, il n’y a pas mieux !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s