Ecrire

Vertiges…

Aujourd’hui l’on fête « Désirée »,
je ne pouvais l’ignorer  comme vous pouvez vous en douter!!!

paris_84_passage_du_desir_bw.1304844286.jpg

Vertiges du désir, monde du désir, il y a toi et il y a le reste.
Tout le reste n’est plus qu’un décor, un écrin pour toi.
Tu changes le monde, modifie le tout .
Quand tu me manques le monde est vide et plein de toi.

Alors…

Entre les lignes coule mon désir
Il a tantôt la grâce d’une rivière paresseuse
Tantôt la rage d’un torrent tumultueux
Il se fait ange ou démon
Serein ou tourmenté
Enfer brûlant ou paradis perdu.

 

Bon dimanche !

11 réflexions au sujet de “Vertiges…”

  1. Désir un jour, amour toujours…

    Comme il est beau ce désir de voir venir un facteur ailé nous portant des lettres d’amour pour notre plus grand plaisir de délire…
    Aidé il est vrai par le piment d’Espelette qui nous met il faut bien le dire un peu les nerfs en pelote avec le sourire…

    Charles,

    ne pas oublier que le facteur sonne toujours deux fois…vive le cinéma !

    J'aime

  2. Oui, oui, Charles, on ne peut oublier Jacques TATI lui-même, interprétant le rôle du facteur François …Ce mot d’ordre « hélicoptère », avec sa gestuelle bien à lui, en faisant tourner son sac, est resté dans les annales à tout jamais…
    Joli moment que ce film et merci du rappel.
    Comme quoi du « désir » on peut arriver au « facteur » en passant par les « espèces volantes protégées »…
    Merci à toi Elisanne et à vous Charles : car nous avons tous besoin d’humour pour sauver la poésie, n’est-ce-pas ?
    (PS / Au pays basque, nous substituons « les pixels » au piment d’Espelette…)

    Christine,

     je me suis amusée à suivre votre dialogue à tous deux par commentaires interposés …
    je sens que je vais prendre un peu de piment d’Espelette qui bien sûr me rappelle « La chambre d’amour » du pays des embruns…sourire
    bises

    J'aime

  3. « Encore, une fois », comme disent nos amis belges, merci Christine pour la sauvegarde de « l’hélycoptère », espèce peu protégée et néanmoins en disparition…
    Heureusement, nos bons sentiments réciproque nous honorent en leurs faisant une petite place parmi nous, Elisanne l’a bien compris, et toujours avec le sourire…
    En attendant une pluie de désirs, sa « mise en appétit » va nous réjouir (ose-je le dire ? ) au moins pour toute la semaine…
    Avez-vous des souvenirs du film « Jour de fête » de Jacques Tati, où le facteur veut imiter la tournée de distribution du courrier en hélicoptère par les américains.
    Il fait tourner sa sacoche autour de son cou en s’exclamant : Hélicoptère !…
    Avant d’enfourcher son vélo…

    J'aime

  4. Charles, vous avez de toutes façons raison, certes…
    car, quand le désir n’est plus il faut pouvoir espérer sauver les « bons sentiments »..
    (Pour l’insecte volant, c’est accordé, « hélycoptère » c’est bien plus joli ainsi écrit…et merci pour votre pétillante réponse !) Sourire…

    J'aime

  5. Lorsque le vent chargé d’espaces nous mord le visage –,
    à qui ne serait-elle, la tant désirée,
    la doucement décevante,
    cette part difficile des cœurs solitaires ?
    Est-elle plus légère aux amants ?
    Hélas, l’un à l’autre ils se cachent leur destin.
    Ne le sais-tu pas encore ?
    Largue le vide de tes bras aux espaces que nous respirons ;
    peut-être les oiseaux
    ressentiront-ils le plus grand large des airs
    dans leur vol ramassé.
    R.MRilke ( Elégies de Duino )

    j’aime beaucoup ce poème de Rilke, merci et bienvenue…

    J'aime

  6. Bonjour Christine, Charles,

    Je découvre avec plaisir ce matin votre échange à tous deux, vous me donnez envie de voler de désir en désir par cette belle journée lumineuse où le soleil cache les vilains nuages noirs qui stagnent depuis des jours à l’horizon de ma vie.
    Ce sont les épreuves qui rendent plus fort, alors j’aborde cette semaine sous les meilleurs auspices, Noé me tenant compagnie, et comme me l’a écrit un ami
    « la vie nous surprend là où on ne l’attend pas »
    Alors laissons-nous surprendre…

    Bonne journée à vous…

    J'aime

  7. Christine, pour moi ce sera Charles tout simplement.
    Merci de me reprendre, il m’arrive souvent par ignorance, inattention, fantaisie… de prendre certaines libertés avec l’écriture, que les puristes me pardonnent.
    Après tout, ‘l’hélycoptère’ moins volant, me semblait plus animal que ‘l’hélico’, mais tout aussi charmant dans son désir d’ailes froufroutantes.
    Le désir avant, pendant, après, ou tout en même temps pour les gourmands, je veux bien…
    L’amour est exigeant mais parfois il doit se contenter de… bons sentiments, non ?

    J'aime

  8. Alors comme ça Mr ou Mme (?) Legranch : « les hélycoptères » aussi sont frappés par le désir ?
    (j’aime bien l’idée que le désir donne des ailes….même aux hélicoptères…)
    Donc il y a d’abord dans l’ordre : le désir en 1er puis l’amour en second ?
    Et les 2 en même temps c’est bien aussi non ?

    J'aime

  9. Et pourquoi pas voir ou revoir les AILES DU DESIR (de Wim Wenders) où… comment l’ange Damiel, qui a toujours ressenti le désir de porter à son tour la condition humaine, est si touché par Marion la trapéziste, si séduit par son âme et sa grâce qu’il décide finalement de devenir humain et, par conséquent, mortel…

    Bises et belle journée Elisanne
    (Sans « désir » point de salut !! un des plus jolis mots de la langue française)

    J'aime

Répondre à legranch Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s