rêves

Fascination…

Devant la nuque de Misia !

misia_vuillard_2_1thumbnail.1301322346.jpg

Edouard Vuillard, » La nuque de Misia  »
Huile sur carton 13,5×33cm,
collection particulière.

Ce tableau m’a toujours fascinée et mon émotion était palpable quand lors d’une expo,
il était là devant moi. Il s’en dégage tant de sensualité alanguie.
Apparution fugace comme une illusion,visage incliné dans l’ombre,
nuque découverte baignée de lumière dorée.
Souvenirs flous chargés d’impressions violentes.
Je ferme les yeux et t’imagine,tu es là, près de moi, si près .
Je sens ton souffle, tes mains caressent ma nuque.
J’ouvre les yeux, tu n’es pas là…
Ce n’était qu’un rêve !

 

 

14 réflexions au sujet de “Fascination…”

  1. Je suis encore et toujours en état d’addiction à Vuillard, et même si Bonnard le «  »dépasse » » de cent coudées, Édouard a une sensualité plus triste, genre déprimée, il reste terré dans ses intérieurs de velours et j’y sens toujours une peau tiède qui m’appelle.

    J'aime

  2. Oui oui la sensualité!! et suavité…
    Votre définition Elisanne me semble restrictive et mon mot est peut être excessif mais pas au sens du mal….
    je pensais simplement au jeu de séduction … dissimulé d’une nuque offerte, « mise en scène »? par les cheveux détournés ou relevés … face au « séduit » qui se croit acteur par son regard, son envie ou son baiser déposé…
    Il est plusieurs peintures émouvantes .
    Bel après midi!

    Geneviève

    définition moins restrictive
    Définition : Perversité
    Inclinaison au mal mobilisant les capacités intellectuelles de l’individu.
    Un acte pervers implique, pour être ainsi qualifié, d’être consciemment ressenti comme tel au moment des faits par le sujet l’ayant commis.
    Ce dernier peut avoir combiné son intelligence et son imagination dans l’intention de faire du mal, que ce soit à une personne précise ou à un groupe de personnes.
    La perversité peut aussi être récurrente. Dans ce dernier cas, elle doit se percevoir dans sa dimension constitutionnelle et pathologique…

    Loin de la nuque sensuelle  simplement offerte au regard… 

    J'aime

  3. Les kimonos dévoilant la nuque des geishas ……
    plus encore qu’un phantasme
    Dernièrement dans un billet sur Constable j’ai voulu justement mettre en évidence une nuque si belle et sensuelle qui n’était pas représentative de son oeuvre
    Pensées (toujours inconnue dans le « monde « )
    Arlette,
    cette nuque de Constable est une merveille…
    les mystères insondables du Monde !!!
    Pensées

    J'aime

  4. clic……clac……c est un reve……..clic…….clac……….tes yeux s illuminent mais le reve est si fort que tu y retournes………,.clic……clac…,,.,,..c est si beau…….clic………clac………c est fini…………,
    et quand c’est fini ça recommence…

    J'aime

  5. « Si je porte à mon cou
    en souvenir de vous…  » Maurice Fanon ! Tu connais ! C’est à quoi j’ai pensé en admirant de tableau!
    A bientôt

    oui Martine je connais, voir le lien dans commentaire précédent…

    A bientôt avec ou sans écharpe

    J'aime

  6. « L’écharpe » de Maurice Fanon, « C’est parceque (je t’aime) » Barbara…
    Tant de cous, de nuques offertes en noir et blanc ou en couleurs, en musique,
    à nos regards, à nos mains…
    Des caresses, des baisers, des soupirs… souvenirs de nos amours… et encore toujours, toujours…

    Très belles chansons toutes deux…

    J'aime

  7. « les nuques ne sont elles pas faites pour accueillir les baisers élisanne… »

    Les nuques ne sont que faites pour accueillir les baisers …

    moment qui engendre le trouble et l’embrasement !!!

    J'aime

  8. « les nuques ne sont elles pas faites pour accueillir les baisers élisanne….
    et pourquoi pouquoi prend t-on toujours les photos de nos sourires » peut être parce que le sourire nous pouvons l’offrir volontairement que notre nuque, comme notre dos, échappent à notre contrôle ? quoique….
    quoique le choix effectivement de la coiffure qui dévoile ou non notre nuque…. peut participer de la volonté de séduction….
    Une certaine perversité à contempler, posséder (?). ce que le possesseur ne peut voir de lui même ?

    Geneviève,

    je ne pense pas que le mot perversité soit le mot juste, lire sa définition:
    tendance à faire le mal et à en retirer du plaisir…

    retirer du plaisir à voir une belle nuque et l’embrasser , certes, mais je n’y vois aucun mal et ma fascination en peinture pour les nuques est bien réelle…

    J'aime

  9. Ce qui m’émeut, c’est ce qu’on ne voit pas. Ce qui est dissimulé sous l’étoffe plissée, blanche, sage et cotonneuse. Et ce visage baissé, dont on ne sait pas s’il sourit, s’il rougit, s’il pleure … Et ces lignes derrière, de fuite ? d’horizon ? un banc ? Tout l’intérêt du tableau est là, dans ce que l’oeil ne voit pas, dans ce qu’il devine, dans ce que seul le peintre a gardé dans la palette de ses pupilles et de ses souvenirs.
    Belle après-midi à vous, Elisanne

    ce tableau une source pour l’imaginaire…
    à vous aussi belle après-midi ensoleillée

    J'aime

  10. les nuques ne sont elles pas faites pour accueillir les baisers élisanne….
    et pourquoi pouquoi prend t-on toujours les photos de nos sourires…..la prochaine fois élisanne offrez nous votre nuque ….sourire

    Hélène,

    dans ma jeunesse je portais chignon, j’ai encore en mémoire les mots de mon premier amour…
    chut… je n’en dirai pas plus … sourire

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s