Livres

La rose sans épines…

monet.1301156923.jpg

Claude Monet, Les Roses, 1925-26, huile sur toile, Paris, Musée Marmottan.

 

…Croyant toujours pouvoir  posséder tout, je ne tenais plus rien…

Je désespérais maintenant de saisir cette rose sans épines qu’est la plénitude lyrique de l’instant.
Et je me souvins alors, mais alors seulement, de ce petit jardin d’Assise où, ivre de renoncement, François se jeta sur des rosiers pleins de ronces et où ceux-ci perdirent instantanément, et continuèrent à perdre tous leurs piquants.
L’expérience religieuse (Amour de Dieu, amour des hommes) se révèle inverse de l’expérience poétique.
François avait désiré l’épine et il a obtenu la rose, pour toujours.
Pourquoi faut-il que nos voies soient si diverses ?

 

 

Jean Grenier, in « Inspirations méditerranéennes »
La rose sans épines

 

Bon week-end!