Livres

Femme…

Tu ne serais pas une femme
Si tu ne savais pas si bien
Te faire et te refaire une âme,
Une âme neuve avec un rien…

Paul Géraldy, in Toi et moi

rouge.1296667683.jpg

Vous aviez une robe toute rouge, avec des souliers rouges,
vous étiez inouïe,
vous aviez l’air d’une espèce de grande fleur de sang,
d’un rubis en flamme… 

Marcel Proust,in La prisonnière

 

crédit photo Atmosphère

humour

Devinette

Le lieu dont je veux vous parler dans ce petit bout de texte pas bien gros, est un lieu de passage où l’on passe furtivement en se faufilant avec souplesse et dextérité si on le peut…

C’est un lieu qui n’a rien de remarquable mais n’empêche qu’il n’est pas toujours aisé d’y pénétrer. Au fur et à mesure que les utilisateurs de  ce lieu avancent en âge, ils ont de plus en plus de mal à l’apprivoiser car c’est un lieu qui se dérobe à l’observateur peu attentif.
En effet il n’est même pas clairement visible sous tous les angles et pour l’apercevoir clairement, il faut se mettre bien en face, jamais contre le soleil et ensuite bien écarquiller les yeux et viser juste. Il semblerait que pour des raisons certainement plus culturelles qu’hormonales, la gent féminine soit bien plus apte que la masculine à domestiquer et utiliser ce lieu des plus exigus.

Il semblerait que l’intelligence humaine ait mis au point un procédé, c’est-à-dire un petit appareil de métal qui permet aux initié(e)s de pénétrer dans ce lieu avec davantage d’aisance.
Mais il n’est jamais évident pour le profane de se familiariser avec ce lieu. En effet il en existe des modèles de diverses tailles et aussi de diverses formes qui vont du relativement rond à l’oblong très étiré.
Voilà pourquoi l’utilisation de ce lieu de passage, pourtant si nécessaire à l’accomplissement de certaines activités, requiert non seulement du doigté mais encore de la ruse alliée, à l’occasion à de la chance.

Pour ma part, j’avoue que c’est un lieu où je ne m’aventure que rarement et seulement contrainte et forcée.

A vous de jouer et de trouver le lieu…