Nouvelle...

Chassé Croisé…

 J’ai inventé une suite pour clore ce chassé croisé.
Comme une automate je retourne vers le taxi, la misère environnante correspond à ce que je ressens en moi, un vide, ma vie en lambeaux comme ces taudis.
Je n’arrive pas à retenir mes larmes, toutes ces recherches, le but presque atteint et me voilà à nouveau seule sans espoir.
Maman_1Tout autour de moi les enfants jouent, rient, certains sont dans les bras de leur mère, cette image m’est insupportable, j’ai envie de crier mais aucun son ne sort de ma gorge comme dans mes cauchemars quand je me débats avec mes peurs.
Le chauffeur m’attend, je m’engouffre dans la voiture et m’effondre.
Mais il va falloir prendre une décision rapidement.
Je retourne à l’hôtel, j’ai besoin de faire le vide, de mettre en mots mon désespoir, ma déception, mon désarroi.
Et là dans cette ville où je me sens si seule,où la peur me gagne, ma seule planche de salut est d’écrire.Les années ont passé, l’écriture m’a sauvée, mes mots sont devenus un livre que je prends plaisir à voir dans la vitrine des libraires.
 » Elle  » ma maman X je ne l’ai jamais retrouvée.
Elle ,qui toute ma vie m’a fait me sentir orpheline. Elle ,ma quête éperdue d’amour, de tendresse que personne n’a su et ne saura satisfaire complètement, mais je me sens en paix.
Ce  » chassé, croisé  » n’aura pas été vain !
Ne la connaissant pas j’ai pu l’inventer, plus belle, plus douce, plus tendre, plus aimante qu’elle ne l’aurait été dans la vie réelle.
Je me suis fabriqué des souvenirs de princesse, de petite fille en chaussures vernies,socquettes blanches, robe à nids d’abeille, et c’est très bien ainsi.
Le manque existe et existera, mais j’ai ma vie de femme et je compte bien la vivre le plus pleinement possible.
Un peu comme une revanche sur ces années douloureuses de recherche permanente, où les blessures de l’âme s’écrivaient à l’encre des larmes couleur sang.Je viens d’emménager à Paris dans un bel immeuble à deux pas des jardins du Palais Royal.Ah j’ai oublié de vous dire que je suis retournée au Guatemala  depuis, ma motivation n’étant plus la même, mais ce pays décidément sera toujours cause de tourments.
Je me sens bien dans ma nouvelle vie,  déjà je suis là à laisser vagabonder mon imagination, à inventer les personnages de ma prochaine nouvelle…


 Si vous avez envie de suivre mes vraies péripéties au Pays du Quetzal c’est ici
réflexions

Petits soldats du sport…

Les jeux de la XXIXe Olympiade  s’ouvrent sur fond de polémique mondiale.
En 2004, à Athènes, la Chine avait obtenu 32 médailles d’or, ce qui la plaçait en deuxième position, après les Etats-Unis. Nul doute que pour cette édition,
elle briguera la première place…
Au pays de l’enfant unique
Parfois recrutés dès l’âge de 5 ans, repérés dans les jardins d’enfants, les jeunes athlètes sont envoyés dans des centres sportifs où leur vie sera rythmée par des programmes d’entraînements intensifs. Les athlètes chinois ne doivent poursuivrent qu’un seul but: faire la gloire de leur pays en décrochant des médailles.
« Les parents ont eux aussi un défi à relever car ils sont pris au piège. Avec un seul enfant, ils n’ont pas le droit de rater l’éducation de leur progéniture. Ils n’ont qu’une seule chance aujourd’hui. Les générations passées faisaient autant d’enfants qu’elles voulaient, ils avaient toutes les chances(…)Aujourd’hui les parents concentrent tous leurs désirs et frustrations intimes sur un seul enfant. »
Huo Datong, La Chine sur le divan, entretiens avec Dorian Malovic, éd Plon

photo
  Tomasz Gudzowaty, Yours Photography/Fotoagentur Focus